Deux stars féminines de l’art, Frida Kahlo (1907-1954) et Camille Claudel (1864-1943), sont exposées actuellement à Paris. Mais pas seules… La Mexicaine est confrontée, au Musée de l’Orangerie, aux toiles de Diego Rivera. La Française est exposée dans le Musée Rodin, du nom de son amant et mentor.

L’une et l’autre sont aujourd’hui des stars des Beaux-arts mais ont eu en commun une relation amoureuse tumultueuse avec un autre génie de l’art.

Vieux lions, jeunes tigresses

Colériques, prétentieux, égocentriques, engagés politiquement, Diego Rivera (1886-1957) et Auguste Rodin (1840-1917) ont connu la gloire grâce à des commandes publiques prestigieuses.

Rodin était le sculpteur des grands hommes, Diego Rivera le peintre de la Révolution. Rodin, commandeur de la Légion d’honneur et vice-président de la Société nationale des Beaux-arts, fut le sculpteur officiel en vogue sous la IIIe République. Diego Rivera honora de multiples commandes pour l’Etat mexicain communiste dans de grandes fresques murales à la gloire de la révolution.

Rodin et Rivera partagent également un physique imposant.

Souffrances partagées

Frida Kahlo et Camille Claudel aussi ont des points communs autres que leur sexe et leur goût pour des hommes plus âgés. Belles, on leur prête des tempéraments tempétueux, une recherche d’absolu et de sincérité dans leur art, un goût pour les thèmes intimes, proches de la vie et ses souffrances.

D’ailleurs, l’une et l’autre ont beaucoup souffert. Frida Kahlo dans son corps, Camille Claudel dans sa tête. Souffrant de poliomyélite, la peintre mexicaine a eu un accident de bus à 18 ans. Ses corsets métalliques et fauteuils roulants, ainsi que ses fausses couches sanglantes, sont les motifs récurrents de ses toiles. Elle meurt en 1954 à 47 ans.

Folies amoureuses

Camille Claudel, elle, est morte en 1943 à 79 ans. On fête les 70 ans de sa disparition mais en réalité, sa véritable mort, artistique, date de 1913 quand sa famille décide de l’interner. Durant les trente années qu’elle va passer à l’asile, elle ne sculpte plus rien. Avant cela, sa démence et ses crises de nerfs lui avaient mené la vie dure. Et fait voler son couple en éclat.

Mis à part un divorce, suivi d ‘un nouveau mariage, le couple libre Kahlo-Rivera tint bon. A l’inverse, la relation entre Claudel et Rodin dura dix ans. Dix années d’amours passionnées et douloureuses durant lesquelles les deux artistes se tirèrent vers le haut artistiquement et vers le bas humainement. La mesquinerie et la paranoïa détruiront leur relation.

Hystérie au féminin, génie au masculin

La postérité est plus douce pour Rivera et Rodin si l’on en croit les deux expositions parisiennes. A l’hystérie, certes créative mais aussi destructrice, de Frida et Camille, les expositions opposent le génie maîtrisé de mâles aux tempéraments volcaniques.

L’histoire de l’art retient que Rodin enseigna toute sa technique à Claudel, que Rivera permit à Frida Kahlo de rencontrer le gotha des artistes mondiaux et de vivre dans le confort matériel. Pour l’apport que ses femmes eurent sur ses messieurs, il faudra attendre de prochaines expositions.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.