Livre numérique: La révolution se fait attendre en France

14 contributions
Publié le 25 mars 2013.

SALON DU LIVRE - L'e-book ne représente que 0,6% du marché global du livre...

Depuis quelques années maintenant, le livre prépare sa «révolution numérique»… Mais en ce mois de mars 2013, alors que se poursuit ce lundi le 33e Salon du livre, il reste difficile, si l’on s’en tient aux chiffres les plus récents, de parler de révolution. Même si le démarrage est enfin palpable.

Quelle part de marché?
Avec un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros sur un marché du livre estimé à 4,13 milliards d'euros, les livres numériques ne représentent que 0,6% de l’ensemble du marché du livre en France. C’est ce qui ressort des chiffres 2012 publiés vendredi par l’institut de sondage GFK. Un chiffre en progression (+80% par rapport à 2011) mais qui reste faible. On est bien loin des 15% de chiffre d’affaires atteints aux Etats-Unis, où le lancement massif date de 2007.

Pourquoi une telle différence avec le marché américain?
Selon l’institut GFK, la différence tient principalement à deux points. Le prix de vente des e-books, d’abord. Le lancement américain a bénéficié d’une politique de prix très agressive alors qu’en France, depuis 2011, «le prix de vente est déterminé par les éditeurs et s’impose à tous les revendeurs, ce qui évite les guerres de prix». Les circuits de distribution physiques sont également très différents. «En France, la distribution physique reste dense et diversifiée», tandis qu’elle s’est «affaiblie aux Etats-Unis et en Grande Bretagne depuis plusieurs années», note l’institut.

Combien d’adeptes?
Quelque 15% des Français de plus de 15 ans ont lu au moins un livre numérique cette année. C’est trois fois plus que l’an dernier (ils étaient 5% en mars 2012), selon le dernier baromètre Sofia-SNE-SGDL publié à l’occasion du Salon du livre 2013. La progression est nette. Le baromètre trimestriel réalisé par l’Université Paris-Dauphine avec Médiamétrie, qui aboutit à peu près au même résultat -un Français sur cinq a tenté l'expérience numérique– indique toutefois que la résistance des non-adeptes est forte: «Plus de la moitié des Français n'ont jamais lu un livre numérique et n'envisage pas de le faire, signe, peut-être, de l'attachement au papier.»

Qui est le lecteur type?
Le lecteur type d’e-books est, pour le dire vite en deux mots, un bobo trentenaire. C’est un homme de moins de 35 ans, diplômé, et également gros lecteur, puisqu’il consacre 71 minutes par jour à la lecture, contre 51 pour les non-lecteurs numériques, selon deux enquêtes réalisées par la Sofia et Primento.

Plutôt tablette ou liseuse? 
Environ 3,6 millions de tablettes se sont vendues dans l’Hexagone en 2012, contre 300.000 liseuses. A première vue, les premières ont donc largement écrasé les secondes. Mais le secteur des liseuses reste encore en devenir, selon GFK, qui estime que 500.000 pièces se vendront d'ici fin 2013.

Quid du piratage?
Le piratage des e-books n’est pas (encore?) une pratique massive. Selon le dernier baromètre Sofia-SNE-SGDL, 72% des lecteurs de livres numériques n’ont jamais eu recours à l’offre illégale. Plus 14% des lecteurs admettent tout de même avoir téléchargé un e-book piraté, mais la tendance est en baisse par rapport au dernier baromètre.

A.L
Mots-clés
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr