Ballaké Sissoko au studio 20 Minutes
Ballaké Sissoko au studio 20 Minutes - Jonathan Duron / 20 Minutes

Benjamin Chapon, Jonathan Duron pour la vidéo

Il ne joue que d’un instrument : sa kora. «  Je la connais mieux que tout au monde, elle est un prolongement de mes doigts, de mes mains. Si je jouais d’un autre instrument, je serai un manchot. » Ballaké Sissoko, maître malien de la kora, sort un album sous son nom, «At Peace», mais est loin d’avoir travaillé seul. « Pendant des années, j’ai participé à énormément de projets musicaux dans le monde. Notamment avec le violoncelliste Vincent Segal, mon grand ami, en France. J’ai rencontré des gens et leurs musiques m’ont nourri. Mais là, je voulais joué avec des Maliens pour faire une musique malienne. »

La politique a hélas empêché que l’album soit enregistré au Mali, au lieu de quoi Ballaké Sissoko et ses musiciens se sont retrouvés à Angoulême (Charente). « ça a été compliqué d’avoir des visas pour tout le monde, comme c’est compliqué d’en avoir pour les concerts. Heureusement la musique voyage plus facilement que les hommes. Quand je joue ma musique très malienne, les gens me parlent de sons flamenco, de musiques italiennes traditionnelles ou même de musique française baroque. Vous voyez, la musique voyage dans le monde et dans le temps ! »

Pour 20 Minutes, Ballaké Sissoko est venu interpréter « Maïmouna », du nom de sa plus jeune fille. « J’étais inquiet pour elle quand j’ai composé ça, à sa naissance, parce qu’elle était malade. Aujourd’hui elle va bien et quand je joue ce morceau, je reprends confiance dans la vie. »

Cliquez ici, si la vidéo ne se lance pas.