Bob Dylan
Bob Dylan - D. GAHR

Benjamin Chapon

Il y a tout juste cinquante ans, le 11 septembre 1962 donc, sortait Bob Dylan, premier album d'un jeune chanteur folk. Aujourd'hui, la légende du folk, puis du rock, sort son 35e album, Tempest.

>> Les 50 ans de carrière de Bob Dylan, c'est dans notre diaporama, par ici

Mais un album, aussi bon soit-il (et Tempest est un bon album, riche et profond) suffit-il à donner toute la mesure d'un artiste de ce tonneau? A le faire écouter à de trop jeunes oreilles, peu ou pas accoutumées aux références dylanesques, on s'expose à une sentence du type: «Ah, c'est ça Bob Dylan.» Oui… mais non. Pas que.

Do you speak Dylan?

Sa propre légende, Bob Dylan s'en cogne comme de son premier si bémol à l'harmonica, et ne fait pas œuvre de pédagogie musicale dans cet album. Chansons interminables, ballades irlandaises, références culturelles obscures…
Surtout, et même s'il reste, avec Neil Young et Leonard Cohen, l'un des plus grands mélodistes rock en activité, Bob Dylan a toujours compensé une voix sans attrait par un débit bien à lui. L'âge venant, 71 ans tout de même, il faut à tout prix bien comprendre l'anglais pour goûter l'art délicat du songwriter. S'il n'est pas la porte d'entrée idéale pour un néophyte, Tempest reste un Dylan grand cru.