Cannes: Un palmarès des plus surprenants

6 contributions
Publié le 27 mai 2012.

CANNES - Etrange palmarès que celui qu'ont livré ce dimanche soir Nanni Moretti et ses jurés. Petit commentaire à chaud...

Palme d’or: Amour de Michael Haneke 

Une évidence ni plus ni moins. Il aurait fallu avoir les yeux et le coeur bouchés à la glu pour passer à côté. C’était le seul très grand film de la sélection et le plus beau d’un immense cinéaste. De l’émotion pudique autour d’un couple d’acteurs éblouissants : Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, confronté à la vieillesse et la dépendance. Si le mot chef-d’œuvre n’était pas galvaudé, on le sortirait de l’armoire.

Grand Prix du Jury: Reality de Matteo Garrone

On sait que Garrone est italien et que Moretti l’aime bien. Quelle idée tout de même que de donner une telle récompense à cette farce poussive sur un père de famille qui rêve de passer à la télé. Insignifiant est probablement ce qu’on peut dire de plus gentil sur ce film même si des adjectifs plus vigoureux seraient tentés de se glisser hors du clavier. 

Prix du jury: La part des anges de Ken Loach 

On a dégusté en connaisseur cette comédie parfumée comme un vieux malt où des délinquants découvrent les délices du whisky de collection, mais, franchement, donner un petit prix comme celui-là à un cinéaste déjà palmé pour Le vent se lève (2006), c’est comme de remettre un accessit de dessin à Van Gogh (même si ce n’est pas le meilleur film de Loach). 

Prix d’interprétation masculine: Mads Mikkelsen pour La chasse de Thomas Vinterberg

On l’avait prédit: il l’a eu et c’est bien mérité! L’ex Guerrier silencieux de Nicolas Winding Refn n’a pas volé son prix pour sa performance en instituteur victime d’une rumeur odieuse! On est fou de Mads! 

Prix d’interprétation féminine: Cristna Flutur et Cosmina Stratan Pour Au delà des collines de Cristian Mungiu 

En toute honnêteté, on n’y aurait pas pensé! Tout épaté par les performances sublimes d’Emmanuelle Riva (Amour) et de Magarethe Tiesel (Paradis : Amour d’Ulrich Seild), on les avait oubliées. Elles sont pourtant épatantes toutes les deux dans cette histoire d’exorcisme brillamment mise en scène. 

Prix du scénario: Au delà des collines de Cristian Mungiu

Alors là, on ne sait pas vraiment ce qui est passé par la tête du jury! Si ce nouvel opus du réalisateur de Quatre mois, Trois semaines deux jours (palme d’or en 2007) est magnifique, le scénario n’est vraiment pas son point fort ! Un prix de la mise en scène aurait été plus cohérent. 

Prix de la mise en scène: Carlos Reygadas pour Post Tenebras Lux

Les films de Reygadas, on les aime ou l’on quitte la salle! Il est cependant indéniable qu’il s’agit d’un vrai metteur en scène. Ce film est le plus faible de sa carrière. On aurait préféré que Jacques Audiard,  grand absent du palmarès dont le De rouille et d’os, superbe et largement moins prétentieux, récolte ces lauriers.  Quelle injustice de le voir repartir bredouille…

Caroline Vié
Mots-clés
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr