Festival de Cannes. Tout savoir sur «De rouille et d'os», de Jacques Audiard

1 contribution
Publié le 18 mai 2012.

CANNES - La fiche du film pour sauver la face lors des dîners...

Si vous avez manqué le début

Ali, brave type un brin paumé, se réfugie chez sa sœur à Antibes en compagnie de son fils Sam, cinq ans, qu’il peine à élever seul. Il survit grâce à de petits boulots et croise Stéphanie alors qu’il est videur dans une boîte de nuit. Il l’aide à échapper à une bagarre et ne revoit cette fille superbe que lorsque, victime d’un terrible accident, elle a perdu goût à la vie…

Les interprètes

En 2010, on a vu Matthias Schoenaerts dans La meute de Frank Richard et Black Book de Paul Verhoeven mais il est surtout connu pour avoir tenu le rôle-titre de Bullhead (2012) de Michael R. Roskam qui a représenté la Belgique aux Oscars.

Marion Cotillard pourrait ajouter le prix d’Interprétation féminine à une belle collection de récompenses. Elle a notamment remporté un César et un Oscar pour sa prestation dans La môme d’Olivier Dahan en 2008.

>> Tous nos articles sur le Festival de Cannes par ici

Le réalisateur

Jacques Audiard a fait ses débuts à la Semaine de la Critique de Cannes en 1994 avec Regarde les hommes tomber. Grand habitué du Festival, il a obtenu le Prix du scénario en 1996 pour Un héros très discret ainsi que le Grand Prix en 2009 pour Un Prophète qui a récolté aussi une moisson de César. Il a également reçu de nombreux lauriers pour Sur mes lèvres (2001) et De battre mon cœur s’est arrêté (2005).

Les anecdotes

Jacques Audiard et son coscénariste Thomas Bidegain s’inspirent librement du recueil de nouvelles de Craig Davidson «Un goût de rouille et d’os» (éditions Albin Michel). Ils ont créé les héros du film de toutes pièces, ne gardant du roman que son atmosphère violente et sa description du monde de la boxe. L’équipe du film ne sera pas dépaysée sur la Croisette. La majeure partie du tournage s’est déroulée dans les Alpes-Maritimes. Le MarineLand d’Antibes sert de toile de fond à une scène importante du film.

La critique

On sort complètement lessivé de ce film puissant. Jacques Audiard prend le spectateur aux tripes et le secoue comme un bon ratier pour lui faire partager les émotions de personnages malmenés par la vie. Ses acteurs impeccables semblent touchés par la grâce d’une mise en scène qui les filme au plus près. Moins violente qu’Un Prophète, cette œuvre forte devrait attirer un large public. Il semble inimaginable que Jacques Audiard reparte bredouille du Festival…

La vidéo

Si la vidéo ne se lance pas, cliquez ici.

Caroline Vié
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr