Image extraite du film «Dark Horse».
Image extraite du film «Dark Horse». - J.WHILDEN/HAPPINESS DISTRIBUTION

Caroline Vié

Si Todd Solondz n'existait pas, il faudrait l'inventer. Le réalisateur d'Happiness (1997), Storytelling (2001) et Life During Wartime (2009), aime à nous malmener. Dans Dark Horse, il met de nouveau en scène un personnage de perdant flamboyant qui donne l'impression au spectateur le plus dépressif qu'il a pleinement réussi sa vie. Ce trentenaire n'a pas grand-chose pour lui. Pas vraiment prix de beauté, il a le charisme d'une praire, gémit comme une porte mal fermée, travaille chez son papa, vit chez ses parents, collectionne les jouets et met une telle bonne volonté à faire de mauvais choix que cela devient amusant.

«J'ai pris un grand plaisir à lui faire vivre des horreurs», avoue Todd Solondz, avec un sourire de matou. Et le calvaire de ce pov'gars incarné par Jordan Gelber prend des allures d'autant plus ironique qu'il passe à côté de joies tout à fait accessibles. «Nous avons tous tendance à imaginer que l'herbe est plus verte ailleurs, explique Solondz. Mon film montre qu'on peut parfois trouver du bonheur à condition de s'en donner la peine.»

Sa dérision peut faire grincer des dents mais sa description d'une Amérique étriquée est à mourir de rire à condition d'entrer dans un univers plus proche de Reiser que des Bisounours. Christopher Walken, Justin Bartha, Mia Farrow et Selma Blair se sont mis au diapason de son humour délicieusement sombre. «Mon personnage est réaliste, insiste Solondz, seules les épreuves que je lui fais vivre sont volontairement exagérées.» Entre réalité et fantasme, il livre une chronique ludique qu'il considère comme son film le plus grand public à ce jour. On adore!

Voir la bande-annonce:

Un inconnu à découvrir

Le héros du film est incarné par Jordan Gelber, une véritable révélation. «Quand j'ai rencontré Jordan, j'ai su qu'il apporterait toutes les nuances indispensables pour que le personnage ne sombre pas dans la caricature», dit Solondz. Aussi exaspérant qu'attachant, il est épatant.