«Rebelle»: Pour Mark Andrews, «L'Ecosse est un personnage à part entière»

1 contribution
Publié le 1 août 2012.

ANIMATION - Le réalisateur nous parle de «Rebelle», nouvelle réussite des studios Pixar...

Mark Andrews a cosigné avec Brenda Chapman la réalisation de Rebelle, l’histoire d’une princesse écossaise qui refuse d’être mariée. Les rapports conflictuels de la belle avec sa maman sont au centre de ce très beau film d’animation riche en péripéties, en décors somptueux et en personnages hauts en couleurs. Mark Andrews a évoqué son travail pour 20 Minutes.

Comment vous êtes-vous retrouvé sur Rebelle

John Lasseter a fait appel à moi quand des différends opposant le studio à Brenda Chapman ont contraint cette dernière à quitter le projet. J’étais excité comme une puce à l’idée de travailler sur un film aussi passionnant, mais je savais aussi qu’il allait falloir me montrer à la hauteur et agir vite pour que tout soit terminé dans les temps.

Quel a été votre apport principal?

J’ai commencé par retravailler le scénario pour le rendre plus dynamique. L’histoire est un élément capital qu’il faut peaufiner jusqu’à ce qu’on estime qu’on a atteint le meilleur résultat possible. J’ai notamment ajouté des scènes d’action, supprimé la neige qui était un élément important du scénario de départ et développé les personnages secondaires.

Vous sentiez-vous à l’aise dans cette histoire de mère et de fille?

Je me suis fait conseiller par les femmes du studio! Chez Pixar, le processus créatif est très collaboratif. Nous avons de nombreuses réunions de travail où chacun donne son opinion. J’ai donc été aidé pour considérer la relation entre la princesse Merida et sa maman. Il fallait éviter que la première soit vue comme une adolescente odieuse et que la seconde soit montrée comme une marâtre insupportable. C’était un équilibre délicat à obtenir.

Comment avez-vous considéré l’Ecosse?

L’Ecosse est un personnage à part entière deRebelle. L’esprit frondeur des Ecossais et les superbes paysages sont des éléments primordiaux dans le film. Prenez les chefs de clans: on ne pourrait imaginer ailleurs des types aussi batailleurs et sympathiques. Je tenais à ce que Rebelle baigne dans l’esprit écossais et donne envie au spectateur de découvrir ce pays merveilleux.

On pense parfois à Hayao Miyazaki en voyant votre film…

Rien ne pourrait me faire plus plaisir! Il est certain que des œuvres comme Le voyage de Chihiro et Mon voisin Totoro m’ont profondément marqué. J’ai tenté de retrouver la magie de la nature sauvage telle qu’il la montre de façon si poétique qu’il me semble impossible de l’égaler…

Quels sont les autres réalisateurs qui vous ont influencé?

Brad Bird (Ratatouille) et John Lasseter (Toy Story etCars) sont des maîtres pour moi et je ne dis pas cela parce que je travaille chez Pixar! Ce sont vraiment les plus grands. Le fait de pouvoir collaborer quotidiennement avec eux m’a obligatoirement tiré vers le haut. Je leur dois beaucoup.

A partir de quel âge conseillez-vous Rebelle

Cela dépend de la sensibilité de chaque enfant mais je dirais qu’il ne faut pas y emmener des gamins trop jeunes et que sept ans me semble une bonne moyenne pour qu’un bambin puisse comprendre l’histoire sans être effrayé par certaines scènes avec un ours sauvage.

>> VIDEO: «Ciné Vié», l'émission cinéma de «20Minutes», qui décrypte ce film, c'est par là !

Voir la bande-annonce de Rebelle:

>> En images: Les princesses Disney se rebellent

Propos recueillis par Caroline Vié
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr