Leïla Bekhti dans le film «Mains armées».
Leïla Bekhti dans le film «Mains armées». - Mars Distribution

Caroline Vié

Leïla Bekthi a tout pour elle: la beauté, et le talent. Ces deux éléments sautent aux yeux comme des évidences dans Mains armées de Pierre Jolivet, où elle incarne une jeune flic tentant de s'imposer dans un univers d'hommes. «Elle est prise en étau entre deux collègues : son père, qui ne s'est jamais occupé d'elle, et son patron, qui est devenu un papa de substitution incestueux», explique-t-elle. Ajoutez à cela une grosse affaire de trafic d'armes et vous obtenez un solide film policier où la psychologie des personnages n'est pas passée à la trappe.

«Roshdy Zem est un peu comme mon grand frère»

«J'étais heureuse de retrouver Roshdy Zem, mon papa du film, dit Leïla Bekhti. Dans la vie, je le considère un peu comme mon grand frère depuis qu'il m'a dirigée dans Mauvaise foi.» Les choses ont bien évolué pour Leïla Bekhti depuis cette comédie sortie en 2006. Son césar du meilleur espoir féminin pour Tout ce qui brille (2011) l'a transformée en star. «Je suis consciente de la chance énorme que j'ai d'attirer des réalisateurs qui me permettent de vivre en faisant ce que j'aime» affirme-t-elle. Parmi eux, Pierre Jolivet a pris tout naturellement sa place. «Il aime ses personnages et ses acteurs, mais ne vous lâche rien», dit-elle. Son interprétation tout en nuances d'une fille cachant ses blessures sous une attitude bravache prouve la belle maîtrise de son art de comédienne dramatique. On la retrouvera dans un registre plus léger en novembre prochain pour Nous York, la nouvelle fantaisie des réalisateurs complices de Tout ce qui brille.

Voir la bande-annonce du film: