Marley the definitive story est en salles depuis mercredi 13 juin 2012. 
Marley the definitive story est en salles depuis mercredi 13 juin 2012.  - © Wild Side Films / Le Pacte

Annabelle Laurent

Strasbourg qui annule la Fête de la Musique, 32 départements placés en vigilance orange, une météo très peu réjouissante à peu près partout en France… Les musiciens risquent de prendre une sacrée douche ce jeudi soir, et vous avec. A moins que vous ne suiviez les sages conseils de «20 Minutes», qui a sélectionné pour vous quatre films à ne pas manquer pour leurs bandes originales…

Reggae: «Marley»

Les groupes de reggae ne courent franchement pas les rues les 21 juin au soir. Ami rasta, rassure-toi. Le documentaire consacré au pape du reggae signé Kevin McDonald peut sauver ta soirée. Le réalisateur du Dernier Roi d’Ecosse livre un récit poignant sur la vie trop courte et incroyablement riche de Robert Nesta Marley, le gamin de Trenchtown devenu une icône. De «Judge Not» à «Redemption Song», les 2h24 passent en un éclair. Courez-y, que Bob ait bercé toute votre adolescence ou non.


Punk: «Le Grand Soir»

Fans des Wampas, le cinquième film de Gustave Kervern et Benoît Delépine vous est destiné. Pour rythmer le quotidien de leurs deux punks à chiens alias Poelvoorde et Dupontel, les réalisateurs ont sollicité la collaboration de Didier Wampas, que l’on retrouve dans la B.O. mais aussi sur la scène du BT59, la salle de concert de Bègles… Y voir un Albert Dupontel métamorphosé en punk slammer sur un public survolté vaut le coup d’œil.



Jazz: «Sur La Route» 

Amoureux de jazz, vous avez de la chance, car il a fallu 44 ans pour que le roman du «beat poet» Jack Kerouac soit adapté. Walter Salles vous offre donc la possibilité d’embarquer ce jeudi soir aux côtés de Sal Paradise et Dean Moriarty pour une traversée des Etats-Unis emportée par la musique de Dinah Washington, Billie Holiday  ou Quincy Jones.


Northern soul: «Je sens le beat qui monte en moi»

Il faut avouer d’emblée que le film, un moyen-métrage de 32 minutes, est très peu diffusé en France... Mais il mérite d’être signalé aux amateurs de northern soul qui ne jurent que par Al Wilson, comme le héros du film, chauffeur d’un jour d’un groupe de touristes à Poitiers dont la guide est victime d’un curieux handicap: la moindre note de musique provoque chez elle d’irrésistibles convulsions. Le premier film du producteur et auteur d’une bande dessinée Yann Le Quéllec promet. C’est drôle, poétique, et l’hommage au northern soul et à la musique en général devrait vous convaincre d’ajouter quelques morceaux à votre playlist.