- DR

Charlotte Pudlowski

Il y a un an, Morgan Simon remportait un prix : celui de lauréat du Mobile Film Festival. Son court-métrage d’une minute, Une longue tristesse, avait ému le jury. Dans ce film racontant en soixante secondes la violence conjugale, il avait vu des «qualités évidentes de réalisation, de son et de montage de ce film poignant et très prometteur». Et voilà que Morgan Simon empochait 15.000 euros. Qui lui ont permis de commencer la réalisation un court-métrage.

Comment êtes-vous passé d’un film d’une minute réalisé avec un Smartphone, à un court-métrage préacheté par Canal+?
Après avoir gagné le premier prix du festival, avec les 15.000 euros et l’accompagnement d’une boîte de production, j’ai envisagé de développer «Une Longue Tristesse». Mais j’avais déjà écrit un autre court-métrage avant, plus détaillé et plus dense. Les producteurs  l’ont présenté au CNC, à des Régions, et très rapidement on a réussi à avoir plus d’argent. On est arrivés à 120.000 euros.

De quoi réaliser votre court-métrage, American Football
Oui, c’est l’histoire d’une rencontre amoureuse dans la scène rock alternative, et cela dure un peu moins de 24 minutes. Dedans, l'une des scènes est tournéeà l'iPhone Toutes les autres séquences ont été tournées avec une Alexa. 

Pourquoi préserver ce mode de réalisation alors que vous aviez les moyens de laisser tomber tout Smartphone?
C’est une autre façon de travailler, avec plus de souplesse et surtout d’intimité. En l'occurence lors de la scène tournée à l'iPhone, ce sont les personnages qui se filment pendant des préliminaires. Cela permet de se débarrasser de toute équipe, d’être seulement avec les acteurs. 

Mais certains appareils photo en HD permettent cette même intimité. Comme le 5D, avec lequel La Guerre est Déclarée a été filmé.
L’iPhone est encore plus simple, moins cher et comme on l’a toujours sur soi, on n’a pas besoin de prévoir à quel moment on décidera de tourner. Cela offre aussi la possibilité de filmer dans des endroits où il faudrait normalement attendre une autorisation. Dans des musées, le métro ou même dans un parc, on m’a déjà demandé une autorisation. Dès qu’il y a une caméra, il y a des suspicions, les gens se demandent ce que l’on va en faire. Un iPhone passe davantage inaperçu. Donc ce n’est pas seulement une question de moyens. Je pense que je continuerai parfois de tourner avec un iPhone. 

Donc tout le monde peut désormais faire du cinéma?
Non, et le danger serait de le croire. Tout le monde a désormais les moyens financiers de faire des films, c’est sûr. Mais pour faire du cinéma, il faut un regard particulier pour filmer, quel que soit l’appareil dont on se sert. 

Le court-métrage de Morgan Simon sera disponible à partir du 10 février sur le site du Mobile Film Festival.