Le 9 novembre 1981, Mumia Abu-Jamal, ancien activiste des Black Panthers, est arrêté pour le meurtre d'un policier. Le même jour, en Angleterre, naît William Francome. Aujourd'hui le premier croupit dans le couloir de la mort, tandis que le second enquête sur le prisonnier dans Toute ma vie (en prison), documentaire signé Marc Evans. Ce qui aurait pu n'être qu'un énième plaidoyer contre la peine capitale bouleverse le spectateur en évoquant frontalement la responsabilité du gouvernement américain dans l'oppression des Noirs. Des documents ahurissants comme le bombardement d'un site de Philadelphie laissent le spectateur sidéré, tout comme le jeune William Francome, candide, incrédule et résolu. Les témoignages de Noam Chomsky ou de Snoop Dogg rythment cet appel à la justice produit par l'acteur Colin Firth. Si des doutes subsistent sur la culpabilité de Mumia Abu-Jamal, le doute doit normalement profiter à l'accusé et non servir à le claquemurer depuis plus de vingt ans dans le « death row ». Un documentaire passionnant, qui sort sur les écrans, alors que les exécutions s'accélèrent en prévision des élections présidentielles américaines de 2012. C.V.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé