Le réalisateur danois Lars von Trier sur le tapis rouge avant la projection de son film Melancholia, en compétition pour la palme d'or au festival de Cannes, le 18 mai 2011 à Cannes.
Le réalisateur danois Lars von Trier sur le tapis rouge avant la projection de son film Melancholia, en compétition pour la palme d'or au festival de Cannes, le 18 mai 2011 à Cannes. - V. HACHE/AFP PHOTO

C.P.

Il retire ses excuses. Dans une interview accordée ce mois-ci, le réalisateur danois Lars von Trier explique qu’il a été contraint de retirer ses propos affirmant qu’il «comprenait Hitler». La réaction du Festival de Cannes, qui avait officiellement condamné les propos du cinéaste l’y avait poussé. Ce qui n’avait pas empêché le Festival de le déclarer «Persona Non Grata». En rentrant au Danemark, Lars von Trier avait répété ses excuses.

Mais au magazine GQ, il explique ce mois-ci que ses excuses n’étaient pas sincères. «Je ne crois pas qu’il y ait des choses qu’il faut dire et d’autres non. Je crois que tout peut être dit. Dire que je suis désolé signifierait que je suis désolé d’être la personne que je suis, que je suis désolé de ma morale, et cela me détruirait en tant que personne».

Et il poursuit: «C’est faux. Je ne suis pas désolé. Je ne suis pas désolé de ce que j’ai dit. Je suis désolé que ce ne soit pas sorti plus clairement. Je ne suis pas désolé d’avoir fait une plaisanterie. Mais je suis désolé de ne pas avoir exprimé plus clairement que c’était une plaisanterie.»