Cinq bonnes raisons d'aller voir «Black Swan»

CINEMA Le film de Darren Aronofsky, avec Natalie Portman et Mila Kunis, sort ce mercredi...

Charlotte Pudlowski

— 

Natalie Portman dans Black Swan

Natalie Portman dans Black Swan — © Twentieth Century Fox France

Si les nominations aux Oscars, Golden Globes et autres cérémonies ne vous suffisent pas, 20minutes.fr vous donne cinq bonnes raisons d’aller voir Black Swan, en dansant...

La psychologie du personnage en proie au bien et au mal

Au cas où vous n’auriez pas bien compris l’histoire –et où vous croiriez que c’est une histoire d’amour entre le personnage de Mila Kunis (Lily) et celui de Natalie Portman (Nina)– c’est celle d’une ballerine, choisie pour jouer l’héroïne du Lac des Cygnes. Elle est parfaite en cygne blanc, mais trop gentille pour incarner véritablement le cygne noir.


Le réalisateur, Darren Aronosky, montre la psychologie du personnage en proie à ses angoisses, son envie de devenir une grande artiste, et le travail à faire sur soi pour y parvenir. Il se sert des miroirs, omniprésents dans les salles de danse ou dans les loges d’artiste, pour évoquer la question de l’image, renvoyée aux autres et à soi-même. Il choisit aussi habilement le thème de la schizophrénie pour pénétrer l’esprit d’une jeune fille qui essaie de devenir ce qu’elle n’est pas.

C’est le dernier film de Darren Aronofsky. Si vous avez aimé les autres…

Le réalisateur de Requiem For a Dream songeait à ce film depuis dix ans. C’est après The Wrestler, son film sur le catch, avec Mickey Rourke, qu’il a décidé de s’y mettre.

On retrouve dans Black Swan plusieurs caractéristiques du Wrestler. Darren Aronosky a par exemple filmé caméra à l’épaule, collé à ses personnages, qu’il suit à la trace sur la scène d’opéra, dans les salles de danse, dans les coulisses. Ce qui confère à Black Swan le même réalisme documentaire qu’à son précédent film. Le réalisateur apporte aussi une grande attention au son. «Dans Black Swan, la majorité des sons sont des manipulations de cris de cygne. Le son est pour moi prédominant dans la conception d’un film», a-t-il ainsi expliqué. Son intérêt pour les corps violentés est intact (ceux des personnages drogués de Requiem, de Mickey Rourke dans The Wrestler, et donc de Natalie Portman dans Black Swan).


La scène entre Mila Kunis et Natalie Portman [SPOILER]

Si vous choisissez cette raison-là pour aller voir Black Swan, sachez-le, ce n’est pas une scène de sexe torride. Mais la scène vaut en revanche pour son habileté scénaristique. L’un des ressorts du film est la nécessité, pour Nina, d’assumer sa féminité, donc sa sexualité. Or, elle est franchement frigide. Elle lutte avec elle-même pour se forcer à se masturber –sous l’injonction de son professeur de danse, Thomas, joué par Vincent Cassel. Et elle a du mal… Jusqu’à ce qu’elle se rapproche de Lily, qui est une sorte de double décomplexé, qui assume sa sexualité. La vague scène de sexe n’est qu’un cunnilingus fait par l’une à l’autre, mais dont on comprend ensuite que c’est simplement Nina, schizophrène, qui se masturbe. En imaginant que c’est le «elle» qui s’assume qui fait jouir le «elle» qui ne s’assume pas en tant que femme. Ses deux facettes réunies dans sa schizophrénie. Vous voyez? (Si vous ne voyez pas c’est une autre raison d’aller au cinéma).

La danse

Pour les professionnels, évidemment, ça ne vaut pas un vrai ballet. Mais pour les amateurs, les scènes de danse sont réjouissantes. Plus encore lorsque l’on sait que Natalie Portman s’est entraînée pendant un an (perdant sept kilos, et dansant tous les jours), quand il fait aux véritables ballerines des années de travail pour devenir professionnelles.

Ce n’est pas dit que Natalie Portman retourne tout de suite sur vos écrans


Si vous êtes fan de Natalie Portman, profitez-en. Comme vous le savez sans doute, l’actrice est enceinte de quatre mois, et ce n’est pas dit qu’elle repasse tout de suite devant la caméra. Quelques films déjà prêts la montreront à l’écran (comme Sex Friends très bientôt) mais au-delà, elle s’occupera sans doute un peu du bébé. Et quand elle aura à nouveau du temps, elle devrait le consacrer à la réalisation d’un documentaire adapté de l’essai Faut-il manger les animaux? (Si la question vous intéresse, la réponse est ici)

Mots-clés :

Aucun mot-clé.