André Lange, de l'Observatoire européen de l'audiovisuel
 André Lange, de l'Observatoire européen de l'audiovisuel - DR

«L’Europe est divisée par le rire. On ne rigole pas des mêmes films en Angleterre, en Allemagne ou en France. "Mister Bean", qui fonctionne sur les mimiques, et les comédies britanniques s’exportent bien, mais les comédies françaises, pas trop.»

Fréquentation

«En Europe, les chiffres de fréquentation des salles de 2008 sont stables, alors qu’aux Etats-Unis, c’est la plus mauvaise année en termes d’entrées depuis 1997. En France, le premier trimestre 2008 a été porté par le succès de "Bienvenue chez les Ch’tis" tandis que l’Angleterre a de bons chiffres au début de 2009 grâce à "Slumdog Millionnaire".»

Récession

«Les Américains ont l’habitude de dire que l’entertainment est résistant à la récession. La dépression américaine de 1929 a montré que le cinéma servait de grande consolation collective. On vérifiera dans quelques mois si c’était un mythe. Et puis, c’est une coïncidence mais il est amusant de constater que l’un des blockbusters de ces derniers mois, «Fast and Furious 4», parle de bolides alors que, dans le même temps, l’industrie de l’automobile s’est effondrée.»

DVD

«Le marché du DVD décline depuis 3 ou 4 ans, et n’est pas compensé par les ventes de Blu-ray. Les raisons de cette crise? Le produit n’est plus tout neuf, les spectateurs n’ont pas encore regardé tous les DVD qu’ils ont achetés, leur pouvoir d’achat a baissé, et ils peuvent télécharger gratuitement le film désiré. Aux Etats-Unis, le DVD constitue 40% des recettes des studios américains. Autant dire que c’est une source de financement qui commence à se tarir. En revanche en Europe, on n’a pas de chiffre précis sur l’importance du DVD pour le financement du cinéma.»  


Location

«Aux Etats-Unis, la location de DVD à partir de machines automatiques se développe vitesse grand V. Il y avait 2.300 points de ventes américains en 2006, il y en aura 20.000 d’ici la fin de l’année. En Europe, un tel essor est peu probable: les machines de location existent déjà depuis longtemps.»

Télévision

«Comment les télévisions vont-elles continuer à financer le cinéma? La question se pose avec la chute du marché publicitaire qui atteint les comptes de TF1 et d’autres chaînes, notamment en Europe de l’Est.»

Optimisme

«Des raisons d’espérer? Le monde du cinéma a une solide tradition de gestion du risque, et survit, bon an mal an. Les banques se retirent des projets mais il y a toujours des fonds d’investissements qui financent quotidiennement les projets. De plus, le cinéma d’auteur circule de mieux en mieux et a un public de 1 à 2 millions de personnes en Europe, qui va voir ce genre de films quelque soit leur pays d’origine».

 

Mots-clés :