Vidéo. Gary Oldman: « Churchill n’aurait pas été un grand homme sans sa femme »

DRAME « Les Heures sombres » permet de découvrir Clementine, une épouse qui n'avait rien d'une potiche...

Caroline Vié

— 

Kristin Scott Thomas et Gary Oldman dans Les heures sombres de Joe Wright

Kristin Scott Thomas et Gary Oldman dans Les heures sombres de Joe Wright — Universal Pictures

  • Dans « Les heures sombres », Winston Churchill doit prendre des décisions capitales pour le monde.
  • Son épouse Clementine est là pour l’épauler dans ses moments de doute.
  • Garry Oldman se fait presque voler la vedette par Kristin Scott Thomas qui incarne cette femme forte.

Si Les heures sombres met en avant Winston Churchill (joué par un Gary Oldman méconnaissable et bien placé dans la course aux Oscars), son épouse Clementine (incarnée par Kristin Scott Thomas) fascine tout autant que lui.

« Churchill n’aurait pas été un grand homme sans sa femme », assène Gary Oldman à 20 Minutes. Joe Wright, réalisateur de Reviens-moi et de Pan choisit de montrer le couple à une période charnière de sa vie et de celle de l’Angleterre. Nommé premier Ministre en 1940, le sexagénaire doit choisir entre pactiser avec l’Allemagne nazie ou résister coûte que coûte.

Une femme forte derrière un grand homme

Confronté à une situation politique tendue, Churchill trouve un soutien fidèle et résolu en la personne de son épouse. « Elle a vraiment eu une influence sur ses décisions, nous explique Kristin Scott Thomas, car il pouvait se confier à elle comme à personne d’autre. » La comédienne a commencé par refuser le rôle afin de convaincre Joe Wright de l’étoffer. « Clémentine n’avait rien d’une potiche, martèle-t-elle. Je ne voyais pas pourquoi elle aurait dû être représentée comme telle au cinéma. » Les moments d’intimité, particulièrement émouvants, que Clementine Churchill partage avec son illustre mari sont parmi les plus réussis du film.

L’habit fait la grande dame

Fascinée par son modèle, Kristin Scott Thomas s’est livrée à une véritable enquête pour retrouver son look. « Elle était excentrique mais aussi brillamment intelligente, insiste l’actrice. Elle ne ressentait aucun complexe à être plus grande que son mari et s’inventait un style bien à elle. » Ses turbans constituent l’un de ses accessoires fétiches. « Elle ne voulait pas paraître totalement déplacée devant les femmes du peuple qui portaient des foulards pour cacher leurs bigoudis », précise Kristin Scott Thomas. Moins spectaculaire que celle de Gary Oldman, sa métamorphose n’en demeure pas moins impressionnante.

Clementine sur le devant du plateau

Au sortir de la salle, on se prend à rêver d’un long-métrage consacré à cette femme de l’ombre au caractère bien trempé. « Ce serait une riche idée, nous confie Gary Oldman. J’ai moi-même découvert à quel point elle a compté dans la vie personnelle et politique de Churchill. Il est plus que temps de lui rendre justice. » Espérons que les producteurs entendront cet appel et que Clementine Churchill recevra bientôt le coup de projecteur qu’elle mérite avec (si possible) Kristin Scott Thomas pour lui redonner vie.