VIDEO. Isabelle Carré: «"Garde alternée" m'a prouvé que je pouvais faire rire»

INTERVIEW « Garde alternée » révèle Isabelle Carré dans un registre comique inhabituel...

Caroline Vié

— 

Isabelle Carré dans Garde alternée d'Alexandra Leclère

Isabelle Carré dans Garde alternée d'Alexandra Leclère — Wild Bunch distribution

  • Dans « Garde alternée », Isabelle Carré partage son amant Didier Bourdon avec sa femme, Valérie Bonneton.
  • La comédienne, qui craignait de ne pas être capable de faire rire, apprécie de s’être essayée au registre comique.

Dans Garde alternée d’Alexandra Leclère, Isabelle Carré (la maîtresse) et Valérie Bonneton (la femme légitime) se partagent le même homme, Didier Bourdon. Et les deux comédiennes s’amusent comme de petites folles autour de leur partenaire…

Cette comédie de mœurs, signée par la réalisatrice du Prix à payer et du Grand partage, a le mérite de malmener les codes du ménage à trois… Isabelle Carré, qu’on n’avait peu vue dans ce registre, révèle une belle nature comique, ce dont elle est la première étonnée.

Qu’est-ce qui vous a poussé à jouer dans ce film ?

L’idée que les rôles sont inversés et que c’est la maîtresse qui se retrouve à garder les enfants, tandis que la femme mène la danse. L’écriture d’Alexandra Leclère m’a comblée mais j’ai hésité car j’avais peur de ne pas être à la hauteur dans une comédie. J’ai tourné beaucoup de films d’auteur mais mes incursions dans l’humour sont rares.

Pourquoi avez-vous fait si peu de comédies ?

Les cinéastes ne doivent pas m’imaginer comme quelqu’un de marrant alors que je suis plutôt rigolote dans la vie. Garde alternée m’a donné l’occasion de sortir de ma zone de confort. Je me suis laissée embarquer par les situations totalement délirantes du film.

En quoi « Garde alternée » est un film original ?

C’est une comédie féministe, ce qui est très rare. Les femmes ne s’y laissent pas faire et l’homme n’a pas le beau rôle entre les femmes de sa vie. Je trouve revigorant de voir qu’on peut malmener les codes du vaudeville pour les rendre plus actuels et largement plus favorable aux personnages féminins.

Est-ce si différent de jouer dans une comédie ?

C’est une question de rythme. Je n’étais pas certaine de le trouver entre deux acteurs aussi chevronnés que Didier Bourdon et Valérie Bonneton. Je ne me sentais pas légitime. A ma grande surprise, je me suis très vite sentie à l’aise dans ce registre, mais ce n’était pas gagné.

Que craigniez-vous avant le tournage ?

De ne pas être drôle. C’est affreux une comédie dont les gags tombent à plat, surtout si vous vous en sentez responsable. Tourner Garde alternée m’a prouvé que je pouvais faire rire à l’écran, ce qui a été une expérience libératrice. Maintenant que je m’y suis essayée, j’espère qu’on m’offrira de nouveaux personnages comiques.