VIDEO. «Wonder» porté par le talent du jeune Jacob Tremblay

PORTRAIT Le jeune acteur Jacob Temblay, remarqué dans « Room », confirme son talent en enfant victime d’une terrible malformation dans « Wonder »…

Caroline Vié

— 

Jacob Tremblay dans Wonder de Stephen Chbosky

Jacob Tremblay dans Wonder de Stephen Chbosky — Metropolitan Film Export

  • « Wonder » raconte l’histoire d’un gamin souffrant d’une malformation du visage.
  • Jacob Tremblay s’est plié à des heures de maquillage pour l’incarner.
  • Il est bouleversant dans le rôle d’un enfant courageux et rêveur.

A 11 ans, Jacob Tremblay a accepté d’être défiguré pour Wonder de Stephen Chbosky. Après son rôle dans Room où il donnait la réplique à Brie Larson, le jeune acteur partage la vedette avec Julia Roberts et Owen Wilson pour conter l’histoire vraie d’ Auggie Pullman, un gamin qui souffre d’une terrible malformation du visage.

Cette chronique, inspirée d’un livre de R.J. Palaccio (paru aux éditions Pocket Jeunesse), rapporte la découverte de l’école par Auggie qui la fréquente pour la première fois en entrant en CM2. « Je suis petit pour mon âge, explique le jeune comédien dans une interview publiée sur Youtube. Je peux donc comprendre le type de moqueries qu’a subies Auggie à l’école même s’il m’est, évidemment, impossible de comparer ses épreuves aux miennes. »

Astronaute malgré lui

La maturité de l’acteur est sensible dans sa performance quand il doit essuyer les quolibets de ses camarades de classe ou tenter de se réfugier derrière un casque d’astronaute pour échapper aux persécutions. « Auggie est conscient que les gens ont besoin d’un peu de temps pour se faire à son visage, précise Jacob Tremblay dans le dossier de presse. C’est pour cela qu’il aime se promener en combinaison spatiale. » Ce gamin fan de Star Wars parvient parfois à s’échapper dans des fanstames où il se voit dans l’espace.

Maquillage très spécial

Jacob Tremblay devait subir patiemment deux heures de maquillage pour devenir Auggie atteint du syndrome de Treacher-Collins. « Je portais des prothèses sur le visage et sur le cou ainsi qu’un casque connecté à un mécanisme qui faisait tomber ma paupière, confie-t-il à People Magazine. J’avais aussi une perruque et un dentier. C’était très inconfortable, mais je m’en fichais. » Des effets spéciaux numériques complétaient sa métamorphose spectaculaire, ce qui ne l’a pas empêché de faire des recherchers pour comprendre la maladie et ses effets.

Rendre le monde meilleur

Le spectateur est d’abord surpris par son apparence avant de se laisser conquérir par la vitalité et le courage de son personnage qui gagne aussi le respect de ses condisciples. « Ce qui m’a vraiment motivé, c’est d’interpréter un enfant qui voudrait contribuer à rendre le monde meilleur », insiste Jacob Tremblay dans le dossier de presse. La bienveillance est l’un des thèmes principaux de ce film généreux qui pourrait valoir une nomination à l’Oscar à son jeune interprète en bonne passe de devenir un aussi grand comédien que son idole Leonardo DiCaprio.