• Le réalisateur Xavier Beauvois offre son premier rôle à Iris Bry, libraire de formation.
  • La jeune femme vole la vedette à Nathalie Baye et Laura Smet au point que l’Académie des César l’a déjà pressentie parmi les révélations 2018.

Dans le bouleversant Les Gardiennes de Xavier Beauvois, des femmes remplacent aux champs leurs hommes partis se faire massacrer pendant la Première Guerre mondiale. Mais on retiendra surtout que les excellentes Nathalie Baye et Laura Smet (mère et fille dans le film et dans la vie) se font voler la vedette par une inconnue :  Iris Bry.

Une présence ahurissante

Iris Bry éclaire cette adaptation d’un roman d’Ernest Perrochon (publié en 1924 et réédité aux Editions Metive) en jeune fille de l’assistance publique venue travailler chez les héroïnes. « Je ne trouvais personne pour incarner ce personnage quand la directrice de casting Karen Hottois a tout bêtement croisé Iris dans la rue et l’a abordée. C’était un pur hasard. » On peine à croire qu’Iris Bry ne se destinait pas au métier d’actrice quand on voit comment elle vibre dans le film. Sa force dans l’adversité se communique au spectateur qui n’a d’yeux que pour elle.

Une conviction instantanée

« Dès les dix premières secondes de ses essais, j’ai su que c’était elle. J’ai montré la bande à la productrice Sylvie Pialat qui a été aussi convaincue que moi. » Iris Bry, qui termine un CAP de libraire, est engagée sur le champ. « Elle est comme touchée par la grâce dans la façon dont elle prend la lumière, insiste Xavier Beauvois. C’est un mélange d’expérience et d’instinct qui m’a fait m’en rendre compte instantanément. » Le réalisateur a expliqué les règles à la débutante notamment en lui montrant La Nuit américaine de François Truffaut, film sur un tournage de cinéma. Ses explications ont porté leurs fruits, car Iris Bris n’a pas été le moins du monde intimidée sur le plateau.

Quelque chose de magique

« C’est une fille intelligente et cultivée. Pas prétentieuse pour deux sous, insiste Xavier Beauvois. Elle savait se placer naturellement comme si elle était une professionnelle aguerrie. Les techniciens refusaient de croire qu’il s’agissait de son premier film ! » Pressentie parmi les Révélations des César, Iris Bry devrait voir les propositions affluer après ce rôle puissant dans un film magnifique. « Iris est naturellement faite pour le cinéma : elle ne joue pas, elle est. Cela a quelque chose magique. Je la crois promise à une belle carrière », insiste le cinéaste. Le réalisateur de Des hommes et des dieux peut être doublement fier d’avoir tourné une belle histoire de femmes du passé et révélé une future grande actrice.