• La soixantaine n’a pas assagi Jackie Chan, toujours capable de faire le coup de poing.
  • Il montre aussi sa fragilité en papa dont la fille est morte dans un attentat.
  • Pierce Brosnan lui donne la réplique dans ce thriller signé par le réalisateur de « GoldenEye ».

Il a l’air vieux et fatigué, Jackie Chan au début deThe Foreigner de Martin Campbell. Mais ça ne dure pas : on retrouve très vite l’as des arts martiaux, le roi du kung-fu, le maître de la baston que ses fans du monde entier placent très haut, dans un rôle de père restaurateur cherchant à venger sa fille tuée dans un attentat en plein cœur de Londres. Une bonne occasion pour l’acteur chinois, récompensé par un Oscar d’honneur en 2016, de prouver qu’il sait aussi jouer la comédie. Le video ci-dessous montre l’étendue de son talent.

Après une spectaculaire scène d’explosion dont le tournage a même traumatisé les passants londoniens, ce redresseur de torts est prêt à se battre pour retrouver les assassins de son enfant. « J’aimerais qu’on me prenne au sérieux comme acteur », confie-t-il à 20 Minutes.

Face à Pierce Brosnan qui retrouve ici le réalisateur de GoldenEye, Jackie Chan émeut en trouvant l’occasion d’échapper à la fois aux gags et à l’action pure qui l’ont fait connaître ! Il faut le voir errer dans la chambre de sa fille, respirant les peluches en retenant ses larmes pour être convaincu que Jackie n’est pas d’un gros bras.

Au taquet pour l’action

Pourtant, quand l’acteur se met en mouvement, le spectateur ébahi retrouve le casse-cou qui a failli perdre la vie en prenant le risque de ne jamais se faire doubler. A 63 ans, Jackie Chan épate toujours autant sautant, courant, frappant… « Martin Campbell est l’un des réalisateurs les plus exigeants que j’ai jamais rencontrés, dit-il. Il m’a vraiment poussé à fond. » Une séquence de folie dans un escalier confirme que le maître a toujours l’action dans le sang. Son énergie comme son sens de l’esthétique au combat bluffent les amateurs de chorégraphies martiales.

The skill. The style. The legend. @jackiechan is #TheForeigner, in theaters Friday. Get tickets now.

A post shared by The Foreigner (@foreignermovie) on

Toujours en forme

Si Jackie Chan pouvait donner l’impression de délaisser les films musclés pour se consacrer aux dessins animés comme Lego Ninjago ou Opération Casse noisette 2, The Foreigner montre qu’il peut encore donner des leçons à bien des individus aux mines patibulaires. Ce polar plus sérieux que la plupart de ses films habituels pourrait bien être un premier pas vers un registre plus mûr. « Il m’a permis de jouer autre chose que Jackie Chan », confie-t-il. On se demande maintenant ce qu’il va trouver pour pousser encore plus loin sa métamorphose en comédien dramatique.