• Dans le cadre d'un projet cinématographique, des jeunes de quatre quartiers strasbourgeois ont fait le portrait de leurs lieux de vie.
  • Les documentaires sur Cronenbourg, la Meinau, le Neuhof ou à la Laiterie ont été diffusés sur une chaîne locale avant publication sur Internet.

Cronenbourg, son parc de la Bergerie, son toboggan rouge, sa rue Lavoisier (et ses drôles de bâtiments en cercle), ou encore son Bruno Jackson, qui a même le droit à une fresque sur un mur. « C’est un habitant qui faisait des spectacles et, petits, on nous faisait croire que c’était le frère de Mickaël Jackson ! » décrit Ghizlane en riant.

Au printemps, cette Strasbourgeoise de 17 ans a participé à la réalisation d’un documentaire de 12 minutes sur son quartier, grâce à l’intermédiaire de l’association Actions citoyennes interculturelles (Astu) et du centre socio-culturel Victor Schoelcher. Un panorama vivant et dynamique, mais non moins réaliste et sérieux.

Le documentaire, une vraie découverte

Devant ou derrière la caméra (après réflexion en amont), une équipe de six jeunes, sur une bande son réalisée par l’un d’eux, entre deux interviews d’acteurs de Cronenbourg, pasteur, élu ou centre social…

Sur le tournage du documentaire sur le quartier de Cronenbourg.
Sur le tournage du documentaire sur le quartier de Cronenbourg. - Hatice Yildirim.

Bilal, 18 ans, déjà passionné de vidéo, est ravi de parler de son lieu de vie depuis une quinzaine d’années.

« Ça permet de le faire connaître, on a montré son vrai visage, On voit que ce n’est pas un quartier de voyous. »

Connue de ces jeunes – déjà en partie sensibilisés à l’image – pour plusieurs apparitions dans ses courts-métrages (en tant que figurants), la réalisatrice Afsaneh Cheregosha les a guidés jusqu’au montage : « Leur cinéma se limite à Youtube, ils ne vont pas trop en salles et ne regardent pas la télé, alors le docu était une vraie découverte. Très intéressante, car elle demande beaucoup d’organisation. » Pour filmer, interviewer ou trouver un fil rouge.

Aller à la rencontre des acteurs et élus des quartiers

Amorcé au début de l’année par Vidéo les beaux jours, structure alsacienne de diffusion du genre documentaire, le projet nommé « le quartier par mes yeux » a vu quatre films aboutir au mois de juin, avec ceux du Neuhof, de la Laiterie et la Meinau. Chargé de mission, Joël Danet résume :

« Nous avions cette idée en tête depuis quelques années et nous souhaitions qu’ils expriment un regard sur leur environnement, qu’ils racontent qui y fait quoi, en allant surtout à la rencontre des acteurs et des décisionnaires. »

Dans le quartier Laiterie, non loin de la gare, les échanges avec un adjoint ont même permis de mener une petite concertation autour de la rénovation d’un city-stade. Mais ces petits docus ont peut-être aussi suscité des vocations. « Dès leur mise en situation, ils se sont vite imprégné des techniques, et on a vu une évolution au fil du tournage, ils étaient de moins en moins à l’arrache et se corrigeaient les uns les autres », confirme Hatice Yildirim, animatrice (de l’ Astu) des jeunes de Cronenbourg qui a aussi eu le droit à une formation.

Déjà en phase de prospection afin de trouver des structures motivées à Strasbourg ou ailleurs en Alsace, Vidéo les beaux jours espère bien trouver les opportunités pour remettre ça. Et que le documentaire serve.

Diffusion multiple. Après une soirée de diffusion et d’échanges fin juin, les quatre films sont passés sur Alsace 20 en juillet, avant d’être publiés sur Youtube via le compte de « Misszornis » (de Laura Zornitta, ancienne responsable de la structure à l’origine du projet) et aussi diffusés au congrès des HLM. Vidéo les beaux jours aimerait également les voir retenus dans la sélection de « Passeurs d’images ».