VIDEO. Ben Affleck présente ses excuses pour avoir agrippé la poitrine d'une actrice (14 ans plus tard)

ETATS-UNIS En plein scandale Harvey Weinstein, une histoire sur l’acteur refait également surface…

C.W.

— 

L'acteur Ben Affleck

L'acteur Ben Affleck — WP#EAG/ZOJ/WENN.COM/SIPA

Les langues vont-elles se délier avec le scandale Harvey Weinstein ? Alors que les accusations de viols et de harcèlement sexuel envers le producteur s’accumulent jour après jour, un autre acteur est lui aussi quelque peu dans la tourmente. En plus d’être soupçonné d’avoir toujours su ce qui se passait, Ben Affleck est rattrapé par une histoire qui s’est déroulée il y a 14 ans, qu’a exhumée une internaute sur Twitter.

>> A lire aussi : Scandale Harvey Weinstein, tout Hollywood était-il au courant ?

« Je n’ai pas oublié »

Avant de devenir actrice, notamment dans Les Frères Scott, Hilarie Burton était journaliste pour MTV, et présentait Total Request Live. Ce jour de 2003, elle recevait Ben Affleck, acteur en vogue à cette époque, qui s’est permis de lui tâter les seins, en toute tranquillité.

« Tout le monde a oublié cependant », précise l’internaute sur Twitter. « Moi pas », lui a répondu l’actrice, ajoutant « j’étais une enfant ».

« J’ai agi de façon inappropriée avec Hilarie Burton et je présente sincèrement mes excuses », a déclaré Ben Afflleck sur Twitter, pour calmer l’emballement autour de cette histoire. L’acteur aura donc mis 14 ans pour s’excuser.

« Va te faire foutre Ben Affleck »

Coïncidence ou non, ses excuses arrivent pile au moment où l’acteur est accusé d’avoir tu la vérité sur le scandale Harvey Weinstein. « Je m’interroge pour savoir quoi faire pour que ça n’arrive pas à d’autres », avait-il écrit sur Twitter. Une réaction qui a provoqué la colère de Rose McGowan, dont le New York Times a révélé qu’elle avait conclu un accord amiable avec Harvey Weinstein en 1997, après que le producteur a eu un comportement déplacé à son endroit. « Va te faire foutre Ben Affleck » a répondu l’actrice sur le réseau social. « Après la conférence de presse que j’ai dû donner à la suite de l’agression, tu m’as dit : « Putain, je lui ai dit d’arrêter de faire ça ». Tu mens. »