«20 Minutes» en 1984: Avec «Amadeus», un génie s'attaque à un autre génie

EN SALLE A l’occasion de la saison 2 de « Stranger Things », qui débarque sur Netflix, « 20 Minutes » fait un voyage dans le temps, direction le 27 octobre 1984, et imagine les articles que le service culture aurait signés ce jour-là…

L.B.

— 

Image tirée d'«Amadeus» de Milos Forman

Image tirée d'«Amadeus» de Milos Forman — REX FEATURES/SIPA

« Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin ! » Cette réplique résume bien l’ambiance désespérée de ce drame baroque, en salle ce mercredi. Avec Amadeus, Milos Forman s’attaque sublimement à la rivalité entre Wolfgang Amadeus Mozart, musicien de génie, et Antonio Salieri, présenté dans le film comme un compositeur sans talent adoubé par la cour des Habsbourg.

L’histoire d’une rivalité

Inspiré de la pièce de Peter Shaffer, le film du plus hollywoodien des Tchécoslovaques laisse son spectateur sous tension pendant trois heures devant deux trajectoires musicales malheureuses. D’un côté, un homme rongé par la jalousie et l’arrogance, de l’autre, un monument de la musique dévoré par sa passion et ses vices.

Entre rires hystériques et délires paranoïaques, Amadeus plonge dans les dernières années de Mozart. Si le réalisateur de Vol au-dessus d’un nid de coucou change de registre, il se frotte à nouveau aux limites de la folie. On lui souhaite le même destin en mars prochain que son chef-d’œuvre porté par Jack Nicholson : rafler toutes les statuettes des Oscars.