VIDEO. Affaire Harvey Weinstein: Tout Hollywood était-il au courant?

CINEMA Beaucoup dénoncent la loi du silence qui aurait couvert les viols et agressions sexuelles dont Harvey Weinstein est accusé...

M.C.

— 

Harvey Weinstein au Festival de Cannes, en 2013.

Harvey Weinstein au Festival de Cannes, en 2013. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

L’indignation est quasi-unanime après les multiples accusations de viol et de harcèlement sexuel contre Harvey Weinstein, finalement licencié dimanche par sa propre maison de production. Dans un communiqué publié mardi soir, Michelle et Barack Obama se sont dits « dégoûtés ». Hillary Clinton, dont le producteur a financé les campagnes électorales - et celles de nombreux démocrates - depuis des années, s’est également déclarée « choquée et écœurée ». Mais beaucoup se demandent aujourd’hui comment ce qui était un secret de polichinelle a pu être préservé pendant toutes ces années.

>> A lire aussi : Grandeur et décadence d'un producteur admiré, haï, et désormais accusé

Depuis les révélations du New York Times, beaucoup dénoncent publiquement l’omerta qui aurait régné durant plusieurs décennies autour du comportement d’Harvey Weinstein, largement connu, selon eux, dans le petit milieu du cinéma américain. « Je sais que tout le monde – et je dis bien tout le monde – à Hollywood est au courant de ce qui se passe », affirme ainsi au New Yorker Emma de Caunes, qui vient de révéler qu’elle figurait parmi les victimes du producteur.

« Une culture de la complicité »

« Il ne se cache même pas vraiment, raconte l’actrice. La manière dont il le fait, il y a tellement de gens impliqués, qui voient ce qu’il se passe. Mais tout le monde a trop peur pour dire quoi que ce soit. » La réalisatrice et actrice italienne Asia Argento, qui accuse Harvey Weinstein de viol, avoue n’avoir pas osé parler avant, de peur d’être « anéantie ». « Je sais qu’il a anéanti beaucoup de gens avant, explique-t-elle dans le même article. C’est pourquoi cette histoire – dans mon cas, ça date de 20 ans, certaines sont plus anciennes – n’est jamais sortie. »

D’anciens employés du producteur décrivent dans le New Yorker « une culture de la complicité » dans les entreprises dirigées par Weinstein, où « de nombreuses personnes étaient parfaitement au courant de son comportement mais soit en étaient complice, soit elles fermaient les yeux. »

« Tout le monde ne savait pas. Je ne savais pas »

« Tout le monde ne savait pas », tempère l’actrice Meryl Streep dans un message publié sur le site du Huffington Post. « Je ne savais pas ». « Je ne pense pas que tous les journalistes d’investigation dans le monde du spectacle et des médias d’information auraient négligé d’en parler », a estimé l’actrice aux trois Oscars.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, assure la journaliste Sharon Waxman. Elle dit ainsi avoir recueilli, dès 2004, le témoignage d’une femme qui avait conclu avec Harvey Weinstein un accord confidentiel après avoir été agressée sexuellement. Mais la journaliste, qui travaillait alors pour le New York Times, affirme avoir fait l’objet de pressions et laisse entendre que la direction éditoriale du quotidien aurait cédé à Harvey Weinstein, au courant de ces investigations, en ne publiant pas ces informations.

Parmi les « pressions » subies, elle cite des coups de fil des acteurs Matt Damon et Russell Crowe. « Personne aujourd’hui au Times n’a souvenir de décisions éditoriales prises concernant cette histoire », a répliqué le quotidien new-yorkais. Matt Damon a pour sa part répondu qu’il n’était pas au courant des agissements de Harvey Weinstein.

Le silence reste « assourdissant »

Comme lui, d’autres actrices et acteurs disent tomber des nues. La Britannique Judi Dench, qui a attribué une grande part de son succès à Weinstein, jusqu’à montrer un jour un faux tatouage avec ses initiales sur les fesses, a affirmé qu’elle ne savait rien, tout en se déclarant « horrifiée ».

Ben Affleck s’est lui aussi dit « triste » et « en colère » sur Twitter : « Je m’interroge pour savoir quoi faire pour que ça n’arrive pas à d’autres », a-t-il écrit. Une réaction qui a provoqué la colère de Rose McGowan, dont le New York Times a révélé qu’elle avait conclu un accord amiable avec Harvey Weinstein en 1997, après que le producteur a eu un comportement déplacé à son endroit. « Va te faire foutre Ben Affleck » a répondu l’actrice sur le réseau social. « Après la conférence de presse que j’ai dû donner à la suite de l’agression, tu m’as dit : "Putain, je lui ai dit d’arrêter de faire ça". Tu mens. »

Si les révélations et les témoignages des derniers jours ont dans une certaine mesure libéré la parole, ce n’est pas suffisant, juge Rose McGowan, qui critique le silence « assourdissant » des actrices d’Hollywood. Des journalistes du Guardian racontent de leur côté avoir contacté 20 hommes, acteurs et réalisateurs d’Hollywoood - le quotidien britannique cite entre autres les noms de Quentin Tarantino, Michael Moore, Martin Scorsese ou Brad Pitt -, dont beaucoup auraient refusé de commenter l’affaire.