VIDEO: Louis Garrel: «Je comprends le refus de Godard de faire des concessions»

PORTRAIT Louis Garrel incarne Jean-Luc Godard en mai 1968 dans cette comédie qui malmène le mythe JLG…

Caroline Vié

— 

Louis Garrel et Stacy Martin dans Le Redoutable de Michel Hazavanicius

Louis Garrel et Stacy Martin dans Le Redoutable de Michel Hazavanicius — StudioCanal

  • Louis Garrel incarne Jean-Luc Godard dans « Le Redoutable ».
  • Michel Hazanaviciux s’amuse avec le mythe du maître de la Nouvelle Vague.
  • Il livre un portrait impertinent du grand cinéaste.

Louis Garrel a fait sensation au Festival de Cannes en incarnant Jean-Luc Godard dansLe Redoutable de Michel Hazanavicius. Cette comédie inspirée d’un livre d' Anne Wiazemsky, muse du cinéaste qui fut son actrice dans La Chinoise et son épouse en plein cœur des événements de mai 1968.

>> A lire aussi : VIDEO. Festival de Deauville: «Etre président, c'est de la blague !», pour Michel Hazanavicius

« Nous n’avons cherché à faire ni un biopic, ni un documentaire, explique Louis Garrel à 20 Minutes. Michel a mis en avant certains traits reconnaissables de Godard comme il aime à le faire dans ses comédies. Il m’avait même fait un croquis représentant les cheveux en bataille et les lunettes de Godard pour m’inspirer. » Il rend aussi hommage aux films de JLG avec des références à des scènes clés de sa filmographie qui feront sourire ses fans.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Michel Hazanavicius dynamite le mythe Godard

LG n’est pas JLG

Le comédien a pris un plaisir ludique à livrer une composition haute en couleurs du cinéaste qui mène la vie dure à sa compagne incarnée par Stacy Martin. « Si la plupart des gens s’affranchissent du collectif en prenant de l’âge, Godard a fait le chemin inverse. Il a commencé comme un auteur adulé avant de vouloir des films où chacun donnait ses idées. » Louis Garrel ne se sent pas particulièrement proche de cet homme instransigeant. « Je comprends son refus de faire des concessions comme son besoin de s’engager. »

Seul contre tous

Le réalisateur de The Artist des OSS 117 avec Jean Dujardin n’angélise pas Jean-Luc Godard loin de là. Il montre comme un homme brillant dont la mauvaise foi est si monumentale qu’elle pourrait être exposée dans un musée « Michel aime les personnages qui acceptent d’être seuls contre tous. Godard s’inscrit dans cette tradition. Il se fichait de l’opinion des autres mais adorait les discussions animées ! » L’une des meilleures scènes du film montre le cinéaste débattant inlassablement avec ses amis dans l’habitacle réduit d’une voiture.

Une autre forme de cinéphilie

Le 7e Art est bien évidemment au centre du récit et Louis Garrel s’est penché sur les œuvres réalisées par JLG à la fin des années 1960 comme Vent d’est. « Cela m’a aidé à comprendre cette époque où les couples pouvaient rompre parce qu’ils n’aimaient pas le même film. Cela semble délirant aujourd’hui », s’amuse Louis Garrel. Les duos resteront sans doute unis par le rire en sortant du Redoutable. Quant à Jean-Luc Godard, il n’aurait pas vu le film. « Je crois qu’il s’en fiche carrément », commente Louis Garrel. On aimerait quand même connaître la réaction du maître face à cette charge un tantinet impertinente…