Annecy: L'équipe de «Coco», le Pixar de Noël, a testé ses premières images sur les festivaliers

ANIMATION Cette histoire mexicaine, qui sortira le 29 novembre, a emballé les heureux élus qui ont pu en découvrir un aperçu…

De notre envoyée spéciale à Annecy, Caroline Vié

— 

Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina

Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina — Pixar/Disney

C’est accompagné de sa productrice Darla K. Anderson mais sans son co-réalisateur Lee Unkrich (Toy Story 3) qu' Adrian Molina est venu montrer et commenter plusieurs scènes de Coco, le Disney/Pixar de Noël. Un bon moyen de tester les réactions du public d’Annecy. Cette histoire de famille se révèle fort prometteuse en envoyant un jeune Mexicain à la recherche de ses ancêtres, bande de squelettes délirants.

« J’étais mort de trouille et j’avais le cœur qui battait la chamade », avoue Adrian Molina à 20 Minutes. Il y avait de quoi car la présentation de près d’une heure incluait des séquences terminées mais aussi des passages en « work in progress » (en cours d’élaboration) et des explications du cinéaste et de sa productrice. Le public a complètement craqué tant pour le design original du film que pour certains personnages comme Dante, le chien à la langue perpétuellement pendante.

Une parenthèse bienvenue

Tandis que Lee Unkrich est resté à la manœuvre chez Pixar, Adrian Molina et Darla K. Anderson ne considèrent pas leur voyage à Annecy comme une perte de temps. « Il nous reste bien des choses à faire sur le film qui ne sera vraiment fini que cet automne, insiste la productrice. La façon dont ces images sont reçues au festival nous permet de voir si nous sommes sur la bonne route ou pas. Nous avons tellement le nez sur le projet que des regards totalement extérieurs sont précieux. » Les éclats de rire, soupirs d’attendrissement et autre tonnerre d’applaudissement l’ont rassurée à ce sujet. « On a dû entendre mon soupir de soulagement de fort loin », reconnaît-elle.

Un accueil enthousiaste

« Le public d’Annecy est composé de fans d’animation et de professionnels. Quand j’ai senti qu’ils avaient l’air d’aimer et que j’ai même eu l’impression que les gens regrettaient de ne pas en voir davantage, cela m’a donné une recharge d’énergie que je vais partager avec l’équipe restée en Californie. C’est seulement à Annecy que ce genre de choses peut se produire, c’est pour cela qu’on aime tant cette manifestation », ajoute Adrian Molina.

L’histoire d’amour entre Disney, Pixar et le festival, c’est aussi le Disney Art Challenge, qui a ensuite récompensé la jeune artiste Amélie Poirier, désignée par un jury de spécialistes – dont le maître John Lasseter lui-même – pour recevoir une bourse généreuse.