Le chef opérateur Christopher Doyle donne cinq conseils aux vidéastes amateurs

FESTIVAL DE CANNES Ce grand chef op', à qui l’on doit notamment les images de « In the mood for love », a confié ses secrets à « 20 Minutes »…

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

Christopher Doyle

Christopher Doyle — Caroline Vié

Il a éclairé des films deWong Kar-wai(In the mood for love), Gus van Sant (Paranoid Park), Zhang Yimou (Hero) ou  Jim Jarmusch (The Limits of control). Christopher Doyle va recevoir des mains de Jean-Pierre Jeunet le prix Angénieux récompensant, chaque année, le meilleur chef-opérateur du monde.

Ce grand monsieur australien aux cheveux bouclés et au regard d’enfant a profité de sa présence au Festival de Cannes pour confier à 20 Minutes ses secrets pour mettre les acteurs qu’il filme en valeur. « Tout le monde peut faire une belle lumière en s’en donnant la peine. »

1 - Mettre les gens en confiance

Christopher Doyle parle longuement avec les comédiens comme pour les apprivoiser. Il aime passer du temps avec eux.

« Il faut qu’ils soient conscients ma bienveillance à leur égard pour pouvoir lâcher prise. Il doit en être de même quand on filme dans une fête de famille. Il est indipensable que les convives sentent qu’on les aime pour qu’ils restent naturels. »

2 - Se faire oublier

Au bout d’un moment, les sujets filmés doivent oublier la présence de la caméra. C’est ainsi qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.

« Quand les acteurs ne font plus attention à moi, je sais que j’ai gagné la partie. J’essaye de me fondre dans le décor jusqu’à devenir invisible ce qui est la meilleure façon de tout capter. La discrétion est un atout précieux. »

3 - S’adapter au décor

Habitué à tourner en décors naturels, Christopher Doyle sait s’adapter à tous les terrains et à tous les types de productions.

« Avant de filmer, étudiez le décor et faites-en votre ami. Repérez chaque détail, meuble, luminaire ou accessoire qui pourra mettre votre composition en valeur. Jouez sur les contrastes. N’hésitez pas à mélanger les couleurs. »

4 - Apprivoiser la lumière

Bien évidemment, la lumière est l’amie de Christopher Doyle qui la dompte prestement pour magnifier ses sujets.

« Ce travail s’apparente davantage à la sculpture qu’à la peinture. Dites-vous bien qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise lumière, que c’est à vous de vous placer de façon à ce qu’elle vous serve en soulignant les traits et les mouvements de vos sujets. »

5 - Se mettre en condition

Ce dernier conseil est à appliquer avec modération mais il serait malhonnête de le passer son silence.

« Buvez un coup pour vous détendre. Moi, je mange peu et je prends tout ce dont j’ai besoin sous forme liquide : whisky pour les minéraux et bière pour les vitamines ! »

Avec modération, on imagine…

>> A lire aussi : L'art et la manière de shooter une star au bon moment à Cannes (et ailleurs)