Qui est Chuck Wepner, le boxeur qu'on voit dans «Outsider»?

BIOPIC Boxeur poids lourds presque oublié malgré une vie étonnante, Chuck Wepner revient sur ring sous les traits de Liev Schreiber dans un biopic rythmé signé Philippe Falardeau…

Caroline Vié

— 

Liev Schreiber dans Outsider de Philippe Falardeau

Liev Schreiber dans Outsider de Philippe Falardeau — Metropolitan Filmexport

Chuck Wepner a failli devenir une star de la boxe mais c’est finalement Outisder, un film consacré à sa vie, qui va lui apporter la gloire dont il a toujours rêvé. Philippe Falardeau, réalisateur de Monsieur Lazhar en 2012, a confié à Liev Schreiber, le rôle de ce fêtard patenté qui parvint à tenir brièvement tête à Mohamed Ali en 1975 avant d’inspirer librement le personnage de Rocky à Sylvester Stallone.

« Le véritable souhait de Chuck était de se faire connaître : il ressentait un inextinguible besoin d’amour qui explique ses nombreux excès, notamment avec les femmes », explique Liev Schreiber à 20 Minutes. Loin de livrer une hagiographie du sportif, l’acteur a tenu à ne pas cacher les aspects les moins reluisants de son modèle qu’on entrevoit parfois dans des images d’archives astucieusement mêlées à la fiction.

Entre rêve et cauchemar américain

L’histoire de Chuck Wepner a tout d’une montagne russe, tant professionnellement que personnellement. « Il a quelque chose de sauvage et de touchant que me semblait pouvoir donner un excellent personnage de fiction, insiste Philippe Falardeau. Chuck nous a soutenus tout au long de l’écriture et du tournage. Il ne cache pas les erreurs qu’il a commises. » Comme un trafic de drogue qui l’a fait passer par la case prison. Son goût pour la cocaïne et les jupons lui a coûté un premier mariage avant qu’il accepte de se ranger.

L’un des plus grands moments de sa carrière sur le ring a été son match contre Mohamed Ali. « Il a tenu quinze rounds alors que tout le monde pensait qu’il allait se faire étaler dans les plus brefs délais, insiste Schreiber. C’était une montagne de muscles capable de supporter des coups sans s’écrouler. » La résistance du boxeur face au champion du monde, poids lourd mythique, émerveille. La reconstitution du match est l’un des moments les plus forts du film, même si l’issue est connue de tous.

Le prix de la gloire

Après sa défaite, le sportif a connu une longue descente aux enfers que Liev Schreiber reproduit sans la moindre concession. « C’était un rôle très physique pour moi, car il a fallu que je prenne du poids et que je me plie à quatre heures quotidiennes de maquillage. Mais le plus dur a été le mental. » Chuck Wepner n’est en rien un homme facile. Il peut se montrer carrément déplaisant, voire violent, mais « il a un charisme si profond qu’on lui pardonne tout », insiste Philippe Falardeau.

Chuck, Philippe, and I doing the rounds at the @aolbuildseries. #chuckthefilm #chuckwepner #lievschreiber #naomiwatts

A post shared by Liev Schreiber (@lievschreiber) on

Aujourd’hui, Wepner s’est recyclé dans la vente d’alcool et vit paisiblement avec sa deuxième épouse (incarnée par Naomi Watts dans le film). « Il s’est brûlé les ailes en raison de son désir de célébrité, martèle Liev Schreiber. Il voulait tout, trop vite et n’a pas su gérer l’effort sur le long terme. » Ce paumé grande gueule parvient à rester flamboyant dans l’adversité. C’est presque à son corps défendant que spectateur devient un supporter de Chuck Wepner. « Il m’a avoué avoir eu du mal à revoir ses excès pendant la projection », raconte Falardeau. C’est pourtant de le savoir aussi faillible qui rend le personnage si attachant.