Virginie Efira au dîner des Révélations des Césars 2017
Virginie Efira au dîner des Révélations des Césars 2017 - NIVIERE/SIPA

Paul Verhoeven aime agir où on ne l’attend pas, choquer. Il y était parvenu en faisant apparaître l’actrice Virginie Efira, réputée pour ses rôles dans des comédies plutôt légères, dans son film Elle. Ce dernier a d’ailleurs connu un succès certain puisqu’il a été nommé dans plusieurs catégories et a même  décroché un Golden globe.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Pourquoi on aime beaucoup «Elle» de Paul Verhoeven

Il n’est donc pas surprenant que le réalisateur connu pour ses nombreux grands succès tels que Basic Instinct, Total Recall, Showgirls et bien d’autres, ait choisi de faire de nouveau appel à l’actrice française. Il lui permet ainsi de décrocher le premier rôle « au sein » de sa nouvelle œuvre.

Une histoire inspirée de faits réels

Plus encore que son casting, c’est toutefois l’intrigue du film qui fait déjà parler de lui avant même le début du tournage.

En effet, Verhoeven a décidé d’adapter le roman Sœur Bernetta de l'historienne Judith C. Brown, narrant l’histoire de la vraie Sœur Bernetta Carlini, une nonne florentine qui fut emprisonnée pendant 35 ans, notamment pour avoir entretenu une relation homosexuelle et inventé de faux miracles durant le très religieux XVIIe siècle. Cette thématique est d’ailleurs dans la lignée du désir du réalisateur de tourner un film se penchant sur la vie de Jésus.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Virginie Efira dans «Elle» vs Virginie Efira dans «Victoria»

Son deuxième film tourné en France porté par une équipe de qualité

Le film intitulé Sainte Vierge (Blessed Virgin à l'international), sera produit par Saïd Ben Saïd, tout comme la dernière œuvre du réalisateur. Par ailleurs, ce dernier a fait appel au scénariste Gérard Soeteman qui l’a accompagné dans un grand nombre de ses films.

Tous les ingrédients semblent donc réunis pour donner naissance à une œuvre sulfureuse et à grand succès. En tout cas l’affiche nous intrigue déjà.

 

Mots-clés :