Roman Polanski pourrait retourner aux Etats-Unis pour s'occuper de son affaire de viol

POLEMIQUE Selon le site people américain TMZ, le réalisateur prendrait le risque de retourner dans le pays où il est visé par un mandat d’arrêt depuis la fin des années 1970…

C.W.

— 

Roman Polanski pourrait retourner aux Etats-Unis où il est poursuivi pour viol

Roman Polanski pourrait retourner aux Etats-Unis où il est poursuivi pour viol — Gola/PRS/ENPOL/SIPA

Un retour au pays, 40 ans après l’avoir quitté ? Selon le site américain TMZ, Roman Polanski devrait se rendre aux Etats-Unis la semaine prochaine pour clore l’affaire où il est accusé de viol depuis 1978. Le réalisateur n’avait pas foulé le sol américain depuis, et était également par un mandat d’arrêt.

>> A lire aussi: Accusations de viol, procès, extradition..: Retour sur l'affaire Roman Polanski

Un accord secret ?

Comme le rapporte TMZ, Roman Polanski souhaiterait se rendre outre-Atlantique afin de demander à la Cour supérieure du comté de Los Angeles de dévoiler un accord secret passé en 1978 entre le réalisateur et Laurence Rittenband, le juge qui l’avait inculpé. Le site explique qu’au vu de sa popularité à l’époque, le juge lui aurait promis qu’il ne passerait pas plus de 48 jours en détention à la suite des accusations de viols dont il faisait l’objet. Mais après sa sortie début 1979, après 42 jours de prison, le juge aurait violé l’accord et requis 50 ans de prison contre Roman Polanski. Selon TMZ, Polanski compterait dévoiler cet accord afin de pouvoir clore son affaire.

Rappelons que Samantha Geimer, 13 ans en 1978, accusait le réalisateur alors âgé de 43 ans et déjà mondialement connu (notamment pour Rosemary’s baby et Chinatown), de l’avoir droguée, puis violée dans un jacuzzi lors d’une séance photo chez Jack Nicholson (absent à ce moment-là), le 10 mars de la même année. Afin d’éviter un procès, la famille de Samantha Geimer et Roman Polanski avaient passé un accord : le réalisateur acceptait de plaider coupable pour « rapports sexuels illégaux », si les autres charges étaient abandonnées.

En janvier dernier, la nomination de Polanski à la présidence des Césars 2 017 avait provoqué une vive polémique, qui avait conduit le réalisateur à renoncer à la cérémonie.