Catherine Jacob: «La réaction du Front national sur "Chez nous" prouve que nous tapons juste»

DRAME Catherine Jacob et Lucas Belvaux racontent comment ils ont composé le personnage de femme politique leader d'un parti d’extrême droite dans le film « Chez nous »...

Caroline Vié

— 

Catherine Jacob dans Chez nous de Lucas Belvaux

Catherine Jacob dans Chez nous de Lucas Belvaux — Jean Claude LOTHER - Synecdoche Artémis Productions

Dans Chez Nous de Lucas Belvaux, Catherine Jacob incarne Agnès Dorgelle, une femme politique d’extrême droite librement inspirée de Marine Le Pen. Elle cornaque une jeune recrue incarnée par  Emilie Dequenne et est épaulée par un vieux médecin joué par André Dussollier dans ce film passionnant et militant.

>> A lire aussi : Le « Bloc patriotique » décrit par Lucas Belvaux dans « Chez nous » ressemble-t-il au Front national ?

« Je me suis basé sur Marine Le Pen mais aussi sur sa nièce Marion et d’autres politiciennes populistes européennes, explique Lucas Belvaux à 20 Minutes. Elles sortent tous du même moule : blondes, souriantes, vite hargneuses. » Cette chronique prend des allures de films d’horreur pour adultes en faisant découvrir les méthodes de recrutement du parti et la façon dont les adhérents sont ensuite pris en mains.

Du théâtre aux meetings

Catherine Jacob a puisé dans son expérience théâtrale pour donner vie à son personnage, notamment lors d’une impressionnante scène de meeting. « Il faut avoir quelques petites heures de vol pour jouer un rôle comme celui-là, confie-t-elle à 20 Minutes. Cette femme doit être à la fois tonique et mordante tout en parlant de façon claire pour que chacun de ses mots soit bien saisi par ceux qui l’écoutent. » Entre rudesse et séduction, la comédienne trouve l’équilibre parfait dans sa composition. Son phrasé très étudié, décortiquant chaque syllabe, est aussi remarquable lors de l’enregistrement d’une émission de radio. « J’ai regardé et écouté pas mal de débats politiques », précise-t-elle.

A la fois sympa et hargneuse

« J’ai choisi Catherine Jacob parce qu’elle est une actrice populaire qui sait se montrer sympathique tout en ayant une forte personnalité, explique Lucas Belvaux. On sent qu’elle peut exploser à tous moments. » Le réalisateur belge s’est beaucoup documenté sur les formations d’extrême droite pour que la femme politique soit proche de la réalité. « La réaction neuneu du Front National sur Chez nous est un cadeau !, s’exclame Catherine Jacob. Elle prouve que nous tapons juste. » C’est indéniable, tant le spectateur est bluffé par sa prestation. Le relooking de la future candidate, jouée par Emilie Dequenne dont l’apparence est modifiée pour ressembler à la patronne du parti, constitue aussi un grand moment.

La façon dont Agnès Dorgelle ne laisse pas sa disciple placer un mot devant le public et la presse lors des rassemblements comme la manière plutôt crue dont elle s’exprime en privé n’ont pas non plus été laissées au hasard. « Je suis resté en dessous de la vérité sur bien de points. La réalité dépasse de beaucoup ma fiction », martèle Lucas Belvaux. On garde longtemps en mémoire l’affiche qui réunit la jeune femme et son aînée dont elle est devenue le clone. « La méthode est très au point pour que les candidats soient interchangeables », souligne le réalisateur.

Des insultes sur les réseaux sociaux

La comédienne et le réalisateur se sont fait insulter sur les réseaux sociaux. « C’est la méthode du FN que de se victimiser, insiste Lucas Belvaux. Ils veulent convaincre leurs sympathisants de ne pas aller voir le film, comme ils cherchent à les séparer du reste de la population. Pour ce type de partis, on ne peut être qu’un partisan ou un ennemi ! » Le réalisateur et son actrice entrent clairement dans la deuxième catégorie. Chez nous n’est pas seulement un divertissement réussi, c’est aussi une puissante mise en garde.