Florence Foresti et Alain Terzian annoncent les nominations au César
Florence Foresti et Alain Terzian annoncent les nominations au César - Caroline Vié

Florence Foresti était tout sourire au Fouquet’s pour venir soutenir Alain Terzian dans la présentation des nommés aux prochains César. Le 26 février prochain, à 21 heures, elle présentera la cérémonie en direct et en clair sur Canal + depuis le théâtre du Châtelet. « Je réfléchirai à ce que je me mettrai sur le dos quand j’aurai fini d’écrire la cérémonie. Je commencerai par une culotte, puis je rajouterai des couches », plaisante la comique à l’œil qui frise.

>>  A lire aussi : César 2016, les nominations

>> A lire aussi : La diversité et la parité au rendez-vous, mais pas la comédie


Mettre les gens à l’aise

Florence Foresti prend son devoir de réserve très au sérieux, refusant catégoriquement de parler des films qu’elle a vus. « Je n’ai pas eu le temps de voter à cause de ce travail de préparation », prétend-elle. Florence Foresti planche avec son équipe habituelle pour peaufiner son texte. « Je veux mettre les gens dans la salle à l’aise car je comprends leur angoisse. J’aimerais qu’ils passent une bonne soirée », confie-t-elle à 20 Minutes. La jeune femme semble fort à l’aise avant de monter sur scène. « Ce qui m’angoisse, c’est l’intervention des intermittents que je ne sais pas comment gérer. Qui suis-je pour les couper ? »

La grande nouveauté 2016

Florence Foresti n’aura pas ce souci cette année : l’Académie des César a pris une décision drastique. Les récipiendaires n’auront que deux minutes trente pour remercier les votants : une musique leur annoncera la fin de leur intervention. « Cela me soulage », avoue Florence Foresti qui flippe beaucoup moins que quand elle a commencé l’écriture. « Maintenant, je suis dans l’action. On commence à voir des choses concrètes sur qui seront les partenaires et les remettants. » Nul doute que Florence Foresti qui se définit davantage dans « l’humour que dans le glamour », gagnera le cœur des (télé) spectateurs.

Mots-clés :