«Je rêve de tourner avec Luc Besson»

INTERVIEW – Michelle Yeoh, ex James Bond girl, acolyte de Jackie Chan et actrice dans le prochain Kassovitz, est à Cannes…

Propos recueillis par Alice Antheaume (à Cannes)

— 

Ex James Bond girl, acolyte de Jackie Chan, actrice dans «Tigre et Dragon» d’Ang Lee, Michelle Yeoh n’a, de près, rien d’une excitée incontrôlable. Sous un soleil de plomb, elle arrive sur la terrasse du dernier étage d'un palace, chevelure soigneusement sauvage réalisée par L'Oréal, la marque dont elle est l'ambassadrice, et longue robe de princesse. Elle a le regard maternel, le sourire sincère, et trouve mes ballerines «so cute». Après lui avoir confié leur prix (10 euros dans un boui-boui), elle s’enthousiasme: «ce n’est pas une question de prix, voyons!». Interview de l’actrice.

Vous sortez du tournage de «Babylon A.D.», le prochain film de Mathieu Kassovitz, un thriller inspiré par le livre de Maurice G. Dantec, «Babylon Babies». Comment cela s’est-il passé?
Le tournage a duré plus de cinq mois et s’est terminé il y a tout juste une semaine. J’ai adoré! Mathieu Kassovitz est brillant, passionné, obsédé par le travail. Bref, il est fou (rires). J’ai eu ce rôle par l’intermédiaire de mon agent à Los Angeles qui est aussi celui de Mathieu. C’est par son biais que nous avons pu nous rencontrer à Paris avant qu’il ne me confie le rôle.

Quel rôle jouez-vous dans «Babylon A.D.»?
Je suis sœur Rebecca, une nonne qui sort du monastère et qui, pourtant, a beaucoup de scènes d’action. J’en ai même plus que Vin Diesel (acteur aussi dans le film, ndrl), c’est vous dire! Et je n’ai pas de protection car c’est moi qui frappe les autres…
Le plus excitant a été de travailler avec David Belle qui orchestrait nos cascades sur le tournage (le maître du Parkour, ce sport qui consiste à sauter de toit en toit, à grimper sur les murs à mains et pieds nus, ndrl). Il est vraiment incroyable: il se déplace comme un chat, que dis-je, comme un tigre!

Vous jouez plus souvent dans des films américains que dans des films asiatiques. Pourquoi?
C’est vrai mais je ne sais pas pourquoi. Les réalisateurs asiatiques pensent peut-être que, depuis que je suis fiancée à Jean Todt, j’ai déménagé très loin. J’attends de recevoir leurs scripts… Mais pour être honnête, je rêve de tourner dans un film de Luc Besson. Il le sait, je l’ai vu la semaine dernière à Barcelone et lui ai dit que j’espérais qu’il aurait bientôt une histoire dans laquelle j’aurais une place. Mais pour l’instant, il est très occupé avec son film d'animation «Arthur».

Le tournant hollywoodien de votre carrière est-il dû au fait que le cinéma asiatique privilégie les rôles pour les actrices de 20 ans plutôt que pour les actrices un peu plus âgées?
Je n’en suis pas certaine. L’actrice chinoise Joséphine Siao, qui a pourtant 60 ans, continue encore sa carrière aujourd’hui. Par ailleurs, la longévité d’actrices comme Helen Mirren est plutôt rare, quelque soit le pays.
Vous savez, être actrice est une activité très addictive. Il est très difficile de revenir à une vie dite «normale» après avoir passé 6 mois à jouer dans un film. Les acteurs portent leur métier en eux, cela fait partie de leur nature.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.