Oscars 2015: Alexandre Desplat, meilleure chance française

MUSIQUE Le compositeur français Alexandre Desplat est nommé aux Oscars pour la musique de Imitation Game et The Grand Budapest Hotel…

Benjamin Chapon

— 

Alexandre Desplat, le 4 février 2013, à Los Angeles.

Alexandre Desplat, le 4 février 2013, à Los Angeles. — Matt Sayles/AP/SIPA

Déjà nommé à six reprises, Alexandre Desplat est de retour aux Oscars cette année pour la musique de deux films: Imitation Game et The Grand Budapest Hotel. Cette septième visite a donc deux fois plus de chances d’être la bonne. Par son profil et son parcours, et puisqu’il ne faut pas trop compter sur Timbuktu et Marion Cotillard pour nous ramener une statuette cette année, Alexandre Desplat est la meilleure chance française.

Alors certes, six fois bredouille aux Oscars, Alexandre Desplat peut ressembler à un loser magnifique. C’est compter sans les nombreuses distinctions que son travail au cinéma lui a déjà rapporté. Pour ne citer qu’eux, rappelons ses trois César (pour De battre mon cœur s'est arrêté, The Ghost Writer et De rouille et d'os) et ses deux Grammy Awards (pour Le discours d’un roi et The Grand Budapest Hotel).

Une carrière prestigieuse

En 25 ans de carrière pour le cinéma, Alexandre Desplat a signé les musiques de dizaines de films en France et à l’étranger. Elevé aux Etats-Unis, le compositeur y vit la plupart du temps. Un point positif quand on aspire à un Oscar.

Par ailleurs, récemment, Alexandre Desplat a multiplié les distinctions. Déjà chevalier de la Légion d’honneur depuis le 14 juillet 2011, il a été juré du festival de Cannes en 2010 et a présidé le jury de la Mostra de Venise 2014. Il était le premier compositeur à endosser ce rôle de prestige.

Il a l’oreille d’Hollywood

Le compositeur peut aussi compter sur un merveilleux carnet d’adresse pour faire sa promotion auprès des membres de l’académie des Oscars. Pas tant Terrence Malick ou Roman Polanski, pour qui il a travaillé mais qui sont maudits à Hollywood, mais plutôt Kathryn Bigelow, George Clooney, Ben Affleck ou Wes Anderson.

Au vu de sa carrière et de son style musical très conventionnel, l’absence d’Oscar au palmarès d’Alexandre Desplat est une anomalie. Même si c’est avec son réalisateur fétiche, Jacques Audiard, qu’il a livré ses meilleures musiques, bien plus enthousiasmantes que les partitions parfois convenues de ses films hollywoodiens, il est plus que temps qu’Alexandre Desplat commence à rattraper son retard sur Maurice Jarre et Michel Legrand, l’un et l’autre lauréats de trois Oscars.

Mots-clés :