Yoshiaki Nishimura: «Produire des films au studio Ghibli rend prêt à relever tous les défis»

CINEMA Le producteur de «Souvenirs de Marnie» évoque son travail sur le dernier long-métrage du studio d'animation...

De notre envoyée spéciale à Mitaka, Caroline Vié

— 

Souvenirs de Marnie

Souvenirs de Marnie — Walt Disbey France

Yoshiaki Nishimura connaît bien le studio Ghibli et ses créateurs. Avant de produire Souvenirs de Marnie, le quadragénaire a travaillé sur Le château ambulant (2004) d'Hayao Miyazaki et Le conte de la princesse Kaguya (2014) d'Isao Takahata. Il planche actuellement sur le prochain projet de Goro Miyazaki, fils du maître et réalisateur de La colline au coquelicot (2012), qui sera produit en dehors du studio Ghibli.

En quoi consiste précisémment votre travail de producteur de cinéma d'animation?

A réunir tous les talents nécessaires autour du réalisateur afin qu'il puisse donner vie à sa vision. Je l'aide à trouver les meilleurs artistes puis à coordonner leur travail tout en m'assurant qu'ils terminent le film dans les temps. Je suis à la fois leur conseiller, leur nounou et leur surveillant. Cest un emploi à temps complet.

Comment travaille-t-on avec tous ces génies?

Ce n'est évidemment pas facile, car tous ont une personnalité affirmée. Miyazaki-san est très autoritaire. Seul Toshio Suzuki, son producteur attitré, ose le contredire. Takahata-san ne parvient jamais à être satisfait de son travail: il faut lui arracher le film des mains. Yonebayashi-san a besoin d'être tout le temps rassuré. Il faut savoir s'adapter à chacun.

>> Notre reportage au musée Ghibli dans la banlieue de Tokyo, à relire par ici

C'est le dernier long-métrage du studio Ghibli, comment voyez-vous l'avenir?

Il n'est pas noir. Bien que de nombreuses personnes soient parties, les animateurs restants travaillent sur des courts-métrages, des séries télévisées et des vidéos pour les pachinkos (flippers japonais). Mon avenir n'est pas noir non plus. Produire des films au studio Ghibli rend prêt à relever à tous les défis.