Ariane Ascaride dans Au fil d'Ariane
Ariane Ascaride dans Au fil d'Ariane - Agat films

Caroline Vié

Ariane Ascaride révèle un côté plus fantaisiste de sa personnalité dans Au fil d’Ariane de Robert Guédiguian, son compagnon à la ville. Elle illumine cette œuvre poétique et loufoque en mère de famille qui plaque tout après que les siens ont oublié son anniversaire. Elle a parlé à 20 Minutes de ce film solaire où elle donne la réplique à d’autres favoris du réalisateur: Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meyland et Jacques Boudet.

Quand avez-vous compris que le film tournait autour de vous?

Je n’avais pas saisi l’importance de mon personnage lorsque Robert m’en parlait. Ce n’est que quand j’ai lu le titre sur le scénario que j’ai compris et que je me suis dit qu’il était devenu fou! Je me suis bien pris la tête en demandant comme j’allais créer cette femme qui me ressemble par certains côtés sans pourtant être moi. Toutes ces appréhensions ont sauté au moment du tournage.

Était-il rassurant de vous retrouver avec vos complices habituels?

Je suis étonnée par notre capacité à faire encore les cons trente ans après notre rencontre! Tourner ce film, c’était comme de danser le rock. On s’observait et on réagissait au quart de tour. Robert nous avait créé une véritable machine à jouer avec laquelle nous nous sommes amusés sous son regard bienveillant.

Il vous dirige beaucoup?

Robert n’est pas un directeur d’acteurs. Il estime que ses comédiens sont aussi des auteurs et que, à partir du moment où il les a choisis, il se doit de leur faire confiance. Cela ne veut pas dire qu’il ne donne aucune indication, mais il est l’ennemi de toute forme de tension. Il se conduit comme notre premier spectateur, éclatant de rire devant nos bêtises.

En quoi ce film est-il différent pour vous?

Le public est habitué à me voir dans des rôles de femmes fortes et de mère courage. Si je ne les renie pas, je suis ravie de pouvoir montrer mon côté «clown» qu’on n’a peu vu au cinéma. Il est vrai que les films que je tourne avec Robert ne sont pas vraiment réputés pour leur côté fantaisiste. J’espère que les spectateurs se laisseront emporter par cette fable drôle et grave, portrait d’une femme en quête d’elle-même.

Au bonheur (s) d’Ariane

Quel plaisir de voir un cinéaste qu’on aime se renouveler et offrir un rôle en or à sa muse! Robert Guédiguian s’amuse comme un petit fou à faire rencontrer des personnages farfelus à Ariane Ascaride dans cette fable riche en surprises. Si le sous-texte social et politique n’est jamais absent, le cinéaste prend un plaisir évident à laisser baguenauderà son imagination tout en rendant un hommage vibrant à Jean Ferrat, très présent sur la bande-son.