Jennifer Connelly et Russell Crowe dans «Noé».
Jennifer Connelly et Russell Crowe dans «Noé». - Paramount Pictures
Anne Demoulin

Le film Noé, réalisé par Darren Aronofsky et porté par Russel Crowe, va être interdit dans plusieurs pays arabes. Adapté de la Genèse, tirée de l’Ancien Testament, ce long-métrage représente un prophète, ce qui est contraire à l’islam.

Les comités de censure du Qatar, du Bahreïn et des Emirats arabes unis ont annoncé jeudi à la Paramount, qui distribue le film, sa décision d’interdire la projection du nouvel opus du réalisateur de Black Swan, a rapporté The Hollywood Reporter.

«Contraire à la foi et aux fondamentaux de la loi islamique»
 

Al-Azhar, la plus haute autorité islamique d’Egypte, a appelé à interdire le film dans les cinémas égyptiens. «Al-Azhar renouvelle son refus de toute projection d’une production représentant Allah, ses prophètes et messagers, ainsi que les compagnons du prophète Mahomet», a indiqué l’institution.

Le long-métrage «est contraire à la foi et aux fondamentaux de la loi islamique (Charia)», poursuit l’autorité religieuse, qui estime que ce genre de film contrarie «les sentiments des fidèles». La décision d’interdire ne revient cependant pas à Al-Azhar, mais au comité de censure.

Critiqué aussi par les chrétiens
 

La sortie du film est prévue en Egypte le 26 mars. Si Da Vinci Code avait été interdit après des plaintes de l’Eglise copte orthodoxe, La Passion du Christ, qui représente le prophète Jésus, y avait été autorisée.

Aux Etats-Unis, l’incarnation très sombre de Noé par Russel Crowe a été critiquée par plusieurs leaders de communautés religieuses chrétiennes. La Paramount, dans un geste d’apaisement, a précisé la semaine dernière dans son matériel de campagne publicitaire que le film était une œuvre de création plus qu’une adaptation littérale biblique. Le film de Darren Aronofsky sortira en France le 9 avril.