Julie Harris donnant la réplique à James Dean dans "A l'Est d'Eden", d'Elia Kazan
Julie Harris donnant la réplique à James Dean dans "A l'Est d'Eden", d'Elia Kazan - SIPA

A. K.

L’actrice Julie Harris est décédée ce samedi. Connue aux Etats-Unis pour ses rôles dans des comédies musicales à Broadway, elle l’était davantage des spectateurs français pour son rôle d’Abra, amoureuse de James Dean dans «A l'Est d'Eden» d’Elia Kazan.

On a également pu la voir dans le feuilleton «Knots Landing» diffusé sur CBS, un spin-off de «Dallas» connu en France sous le nom de «Côte Ouest».

La comédienne de Broadway la plus récompensée

Elle est la seule artiste à avoir remporté six Tony Awards, les récompenses théâtrales américaines, dont un pour l'ensemble de sa carrière, en 2002. Elle a également été primée de trois Emmy Awards, qui récompensent les rôles télévisés.

Sa carrière au théâtre a débuté en 1945, mais c’est sa prestation, sur les planches de Broadway à New York,  dans le rôle titre de la pièce «Frankie Addams» («The Member of the Wedding») qui l’a fait connaître en 1950. Elle a retrouvé ce rôle deux ans plus tard dans l’adaptation cinématographique réalisée par Fred Zinnemann. Cette première expérience pour le grand écran lui a valu une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice, aux côtés, entre autres, de Bette Davis, Joan Crawford et de la lauréate Shirley Booth.

Habituée aux personnages historiques

Parmi ses performances théâtrales primées figurent ses incarnations de Jeanne d’Arc dans «The Lark« (1956), de Mary Todd Lincoln, la femme d’Abraham Lincoln, dans «The Last of Mrs Lincoln» (1973) et d'Emily Dickinson dans un seule-en-scène, «The Belle of Amherst» (1977).

Outre «A l’Est d’Eden» (Elia Kazan, 1955), sa filmographie se compose d'une trentaine de longs métrages dont  «La Maison du diable» (Robert Wise, 1963) et «Gorilles dans la brume» (Michael Apted, 1988).