Au Festival de Cannes, Guillaume Gallienne, acteur et réalisateur, présente Les Garçons et Guillaume, à table ! (Quinzaine des réalisateurs) tandis que Vincent Macaigne incarne un barbu déprimé dans 2 Automnes 3 Hivers, de Sébastier Betbeder (Acid).
Au Festival de Cannes, Guillaume Gallienne, acteur et réalisateur, présente Les Garçons et Guillaume, à table ! (Quinzaine des réalisateurs) tandis que Vincent Macaigne incarne un barbu déprimé dans 2 Automnes 3 Hivers, de Sébastier Betbeder (Acid). - VENANCE / AFP - BALTEL / SIPA

Ils viennent du théâtre

Guillaume Gallienne, 41 ans, est un des piliers de la Comédie française, où il incarne actuellement Oblomov. A Cannes, il présente l’adaptation de sa pièce Les Garçons et Guillaume, à table!, sur son enfance quand il se prenait pour une fille pour faire plaisir à sa mère. Fous rire dans la salle de la Quinzaine des réalisateurs et ovation debout !

Vincent Macaigne, 35 ans, a trouvé «étonnant d’être applaudi à l’issue de la projection, alors qu’on n’a rien fait pendant deux heures». Invité régulier du festival « In » d’Avignon, il a été révélé au cinéma dans Un monde sans femmes, moyen métrage de Guillaume Brac. Il en a lui-même réalisé un, Ce qu’il restera de nous, primé à Clermont-Ferrand. Contrairement à Gallienne, il ne joue pas dedans parce qu’il fait «tout le reste», qu’il n’a «pas d’argent» et que «c’est déjà énorme de faire un film». Il a aussi «trois projets de longs métrages pour espérer en faire au moins un».

Ils multiplient les rôles

A Cannes, Macaigne joue un barbu déprimé qui tombe amoureux dans 2 Automnes 3 Hivers, de Sébastier Betbeder (à l’Acid), un ami sur qui on ne peut vraiment pas compter dans La Fille du 14 juillet, d’Antonin Peretjatko (à la Quinzaine), et un père séparé colérique et violent dans La Bataille de Solférino, de Justine Triet (encore à l’Acid). Trois rôles d’écorchés vifs pour lesquels il éprouve «une grande tendresse». Dans ces films plutôt drôles, il injecte avec finesse «quelques accents de gravité».

Gallienne dit «ne pas avoir de problème avec les aigus», lui qui ne joue que dans un seul film, mais deux personnages différents : lui-même et sa propre mère. Les autres personnages sont joués par des acteurs, ce qui n’était pas le cas dans la pièce où il jouait tous les rôles. «Le côté performance a fini par me gêner, c’est pourquoi j’ai arrêté la pièce», avoue le comédien qui a «d’autres sujets de film en tête».

Ils sont fragiles, sensibles

 «Vous allez me faire pleurer et les garçons, ça ne pleure pas», lance Guillaume Gallienne au public qui l’acclame à l’issue de la projection de son film. Mais Vincent Macaigne aussi sait pleurer dans 2 Automnes 3 Hivers. Ou devenir un cauchemar pour son ex dans La Bataille de Solférino. Dans La Fille du 14 juillet, il sait aussi conduire une voiture avec ses pieds.

A son père qui lui demande «qu’est-ce que tu veux faire comme sport ?», Gallienne répond «Du piano». Et quand Macaigne se fait plaquer dans 2 Automnes 3 hivers, il lance : «J’ai frappé très fort sur l’armoire de ses grands parents, j’avais mal au poignet. J’en voulais à l’armoire, j’en voulais à ses grands parents.» Leurs répliques touchent et font mouche.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé