Joaquin Phoenix, dans The Master. 
Joaquin Phoenix, dans The Master.  - Metropolitan FilmExport

20minutes.fr

Présenté il y a quelques semaines en avant-première aux festivals de Venise et de Toronto, le nouveau film de Paul Thomas Anderson (Magnolia, There Will Be Blood) a créé l’évènement.  La Mostra de Venise lui aurait décerné son Lion d’Or si elle ne l’avait pas déjà récompensé avec le Lion d’Argent du meilleur réalisateur et la Copa Volpi du meilleur acteur, un prix commun pour Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman. The Master ne pouvait pas tout avoir, a estimé le président du jury Michael Mann.

Mais la réputation du réalisateur et celle des deux têtes d’affiche acteurs n’expliquent pas à elles seules toute l’attente qui entoure la sortie du film. Si The Master fait beaucoup parler de lui, c’est aussi pour son  scénario, librement inspiré des débuts du fondateur de la Scientologie, Ron. L. Hubbard, comme l’a confirmé le réalisateur à la Mostra. Scénario qui aurait fait «sortir de leurs gonds» des membres influents de l'Église, estimant que le film insinuait que «leur système de croyance n'est rien de plus que le produit de l'imagination fertile de leur leader».

Sorti dans seulement cinq salles le week-end dernier aux Etats-Unis, avant la sortie officielle le 12 octobre, The Master a réalisé un score spectaculaire de 730.000 dollars pour un film d’art et d’essai. 20minutes.fr vous propose de découvrir les premières images en exclusivité.