Vendanges à Martillac (Bordeaux Graves) en août 2011
Vendanges à Martillac (Bordeaux Graves) en août 2011 - S.ORTOLA/20MINUTES

Mickaël Bosredon

Ce devrait être la plus faible récolte depuis 1991. La campagne de vendanges 2012 sera «exceptionnellement basse», a prévenu le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Dans le Bordelais, Laurent Cogombles, ingénieur et président de l’appellation Pessac-Léognan, confirme que les rendements devraient se situer « aux alentours des 40-45 hectolitres à l’hectare », assez loin des 53 hectolitres de rendement maximum autorisé.

«Mais je ne suis pas alarmiste à ce sujet. Les vins de Bordeaux se vendent plutôt bien, de faibles récoltes nous handicapent certainement moins qu’ailleurs, je pense aux appellations régionales qui doivent être, elles, proches des maximums autorisés pour être rentables», nuance le président de l’appellation Pessac-Léognan.

La récolte 2012 s’annonce tardive

La campagne 2 012 ne démarrera pas avant mi-septembre pour les blancs, et fin septembre-début octobre pour les rouges. «Quelques parcelles de blancs devraient commencer à être vendangées dans le courant de cette semaine, précise Laurent Cogombles, mais ce ne sera pas la ruée.»
Un hiver très sec, puis un printemps pluvieux, expliquent ce démarrage tardif.

«En fait, il s’agit d’un retour à la normale, car cela faisait plusieurs années que nous avions des vendanges précoces», précise t-il. Dans les blancs, certains viticulteurs bordelais avaient même commencé mi-août en 2 011.

La qualité s’en fera-t-elle ressentir? Laurent Cogombles rappelle que «l’on a tendance à associer la précocité à la qualité.» Mais «il ne faut pas pour autant enterrer le millésime 2012. En 1997 tout le monde avait été dithyrambique avant la récolte, or c’est un des millésimes les plus délicats que l’on ait fait.» Pour le président des Pessac-Léognan, «la qualité de cette récolte, dépendra de la capacité des viticulteurs à profiter de cette belle arrière-saison. Tout n’est pas encore joué.»