Le quartier où les deux corps ont été découverts, mardi 26 juin à Eysines, était entièrement bouclé
Le quartier où les deux corps ont été découverts, mardi 26 juin à Eysines, était entièrement bouclé

Elsa Provenzano et Mickaël Bosredon

Les deux corps d’Erane et Andy, 7 ans, ont été découverts ce mardi matin. C’est un policier qui a fait la macabre découverte vers 9h15. Il a aperçu les deux corps, tout habillés, flottant à la surface de la piscine de la maison d’Eysines, d’où les deux cousins avaient disparu, samedi en fin d’après-midi.

L'eau très sale de la piscine, «saumâtre» a indiqué la procureur de la République de Bordeaux Claude Laplaud,  pourrait expliquer qu'ils n'aient pas été repérés avant. La piscine avait bien été inspectée par les enquêteurs, mais peut-être uniquement en surface. C'est ce qu'il reste à déterminer.

Les deux corps auraient donc pu se situer au fond de cette piscine située à l’arrière de la maison, et remonter dans le courant de la nuit ou ce matin. Le procureur n’exclut pas pour autant la piste criminelle. «Toutes les hypothèses restent ouvertes, estime également Pierre-Marie Bourniquel, DDSP de la Gironde. Les corps pouvaient se trouver au fond de la piscine, ou ils ont pu être placés après, on ne peut rien exclure.» Le chef de la police relève que «plusieurs passages ont été effectués dans la maison et aux alentours, et que les chiens renifleurs ne sont pas allés dans la piscine. Des hélicoptères ont également survolé la circonscription, scrutant toutes les piscines du secteur, et n'ont rien remarqué.»

«Je ne peux pas imaginer que la piscine n'ait pas été sondée». Christine Bost, maire d'Eysines.

Christine Bost, maire PS d'Eysines, s'est également rendue sur les lieux dans la matinée. «Je ne peux pas imaginer un seul instant que la piscine n'ait pas été sondée. Il est évident que les recherches ont commencé par là. Toutes les pistes sont possibles, y compris la piste criminelle. Ici c'est l'horreur absolue, l'effroi.»

Les familles des enfants sont arrivées sur place en fin de matinée, effondrées. «Est-ce un accident, un meurtre? On ne sait pas. Je ne crois pas possible que les enquêteurs soient passés à côté d'une piste» pense le grand-père d'un des deux petits garçons. «Nous allons tous nous retrouver autour de notre foi pour affronter ce drame», a-t-il ajouté.

Les autopsies des deux victimes auront lieu mardi après-midi, et les résultats devraient être connus en début de soirée. Les enquêteurs, arrivés sur place vers 10h30, continuaient d'interroger en fin de matinée les parents des victimes dans la maison, située impasse André-Blanc.

Les deux enfants, originaires de Bruges près de Bordeaux et de Lorient, participaient à une fête d’anniversaire samedi, et avaient manifesté l’envie de se baigner. Ils auraient été réprimandé après s'être approchés de la piscine, qui n’était plus en service mais remplie d'eau. Ils avaient disparu entre 17h et 18h.