Un sixième disparu dans la Garonne

1 contribution
Publié le 2 juillet 2012.

FAITS DIVERS - Le soir de la fête de la musique, un homme a été aperçu entrain de se débattre dans les flots de la Garonne avant de disparaître. Les recherches se poursuivent.

C’est la sixième disparition en moins d’un an à Bordeaux, aux abords du fleuve. Malgré une mobilisation policière importante pour la fête de la musique, il n’a pu être repêché et les enquêteurs poursuivaient encore leurs investigations dimanche. C’est un témoin qui passait à pied sur le pont de pierre qui a aperçu quelqu’un qui se débattait dans la Garonne, près du pont de pierre. Il a couru jusqu’au ponton d’honneur (à proximité de la maison éco-citoyenne) et a trouvé 100 mètres plus loin des gendarmes, postés sur les quais. « Alors qu’un des gendarmes s’apprête à se dévêtir pour plonger, des témoins racontent que le corps a heurté la proue et qu’il est passé sous la quille d’un bateau amarré au ponton», explique Gérard Aldigié, procureur adjoint au parquet de Bordeaux. L’homme n’est alors plus visible, d’autant plus qu’une panne d’électricité vient compliquer les recherches des gendarmes.

Aucune piste n’est écartée

Il aurait chuté en amont du pont de pierre, vers la plaine des sports. A proximité des lieux, un sac à dos contenant des papiers d’identité a été retrouvé. Si de fortes présomptions existent sur l’identité de la personne disparue, les enquêteurs n’ont pas d’absolue certitude. Cependant, il s’agirait d’un homme « relativement marginal qui aurait passé quelques jours en foyer », selon le procureur adjoint. Une des hypothèses est qu’il s’était installé sur les bords de Garonne pour y passer la nuit.

Pour les cinq autres disparitions, concernant des jeunes hommes alcoolisés massivement, la thèse accidentelle semble la plus vraisemblable, même si les enquêteurs de la brigade criminelle  de la sureté départementale n’excluent rien. Les parents de Vincent Zecca, l’un des étudiants retrouvé noyé, ont déposé plainte pour homicide volontaire. Pour cette dernière disparition, toutes les pistes sont ouvertes : accident et homicide volontaire. « Si on comprend bien sûr l’émotion de la population, il ne faut pas que cela se transforme en psychose, avertit le procureur qui ajoute : il n’y a pas d’indice permettant d’étayer une thèse criminelle ».

Appel à témoins

Deux zodiacs et 421 policiers (dont la moitié était des gendarmes mobiles et des CRS) ont été appelés en renfort pour la fête de la musique. « Nous avons du ramener du bon côté des dizaines de personnes ce soir là mais il est toujours difficile de mesurer les effets de la prévention », a expliqué Pierre-Marie Bourniquel, directeur de la direction départementale de la sécurité publique. Un hélicoptère et un sonar de la gendarmerie, des kayakistes et des plongeurs effectuent des recherches sur place. Un appel à témoin a été lancé pour les personnes qui auraient vu quelque chose dans la nuit de jeudi à vendredi : le 05 57 85 73 55, la nuit et le 05 57 85 72 30, le jour et le week-end.

 

 

Elsa Provenzano
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr