Avec ses champagnes, ses cognacs et ses bordeaux, la France va battre à nouveau en 2007, avec plus de 9 milliards d'euros, son record d'exportations de vins et spiritueux, un secteur qui permet de limiter le creusement de sa balance commerciale
Avec ses champagnes, ses cognacs et ses bordeaux, la France va battre à nouveau en 2007, avec plus de 9 milliards d'euros, son record d'exportations de vins et spiritueux, un secteur qui permet de limiter le creusement de sa balance commerciale - Jean-Pierre Muller AFP/archives

Mickaël Bosredon

Un événement «culturel.» Stephan Delaux, maire-adjoint de Bordeaux, en charge du tourisme, a insisté mercredi sur le fait que «Bordeaux fête le vin» «n’est pas une beuverie, mais une manifestation où l’on se rend pour mieux comprendre l’univers du vin, et rencontrer ceux qui font le vin.»

Vigilance dans les dégustations

Organisée cette année du 28 juin au 1er juillet, l’événement devrait attirer pas moins de 500.000 personnes sur les quais de la Garonne à Bordeaux (voir infographie), là où la municipalité a renforcé son interdiction de consommation et détention d’alcool, suite aux cinq noyades en moins d’un an de jeunes alcoolisés. «Nous avons demandé aux vignerons d’être particulièrement vigilants dans les dégustations qu’ils vont proposer», poursuit l’élu.

L’aspect culturel sera lui «accentué» cette année, avec notamment la création d’une librairie de 4.000 m2 dédiée au vin, au niveau du miroir d’eau. Nommé La cuvée littéraire, ce nouvel espace, installé au cœur d’un chai de 300 barriques fabriqué par la tonnellerie Nadalié, sera piloté par la librairie Mollat. Elle proposera des dédicaces d’auteurs comme Denis Dubourdieu, auteur de L’œnologie dans tous ses états, ou Denis Corbeyran, auteur de la BD Châteaux Bordeaux. «Ils connaissent très bien le monde du vin, mais savent parler à un grand public» souligne Paul-Emmanuel Roger, responsable du pôle images et arts chez Mollat.

Le négociant en vins Millesima proposera de son côté un espace avec douze tablettes tactiles permettant de découvrir l’univers des grands crus, «un monde fermé et complexe», estime Fabrice Bernard, directeur marketing de l’entreprise, et qu’il souhaite ouvrir au plus grand nombre.