Le pont Bacalan-Bastide à Bordeaux
Le pont Bacalan-Bastide à Bordeaux - S.ortola/20minutes

Elsa Provenzano

C’est en début d’après midi mercredi, que les pompiers ont repêché un corps, très probablement celui de Julien Teyssier, le jeune étudiant croupier de 25 ans qui était porté disparu depuis le 28 avril. Il avait été vu pour la dernière fois par un couple d’amis, près des Quinconces, à 3 h du matin, après une soirée très arrosée dans plusieurs bars de Bordeaux.

Pas de trace de coups

« Le corps était bloqué par des branchages près du nouveau pont Bacalan-Bastide. Les pompiers l’ont ramené sur un ponton proche du pont de pierre afin qu’il soit examiné par un médecin légiste », explique Pierre-Marie Bourniquel, directeur de la DDSP, direction départementale de la sécurité publique de la Gironde. Le procureur s’est également rendu sur place et, a constaté, mercredi soir, que les vêtements, tatouages et papiers d’identité relevés sur le corps tendaient à confirmer qu’il s’agissait bien de Julien Teyssier. Des investigations légales vont être menées mais, pour l’instant, aucun signe de l’intervention d’un tiers n’a été relevé. Autrement dit, le jeune étudiant croupier n’aurait pas fait de mauvaise rencontre. Des premiers élements qui confortent la thèse de l’accident, retenue également pour les quatre autres étudiants disparus depuis moins d’un an à Bordeaux. Cette série de disparitions, à chaque fois suite à des soirées très alcoolisées, a incité les pouvoirs publics à prendre des mesures. Ainsi, 48 heures après la disparition de Julien Teyssier, le préfet de la Gironde, Patrick Stéfanini, avait décidé de ramener la fermeture des épiceries de nuit de 2 h à minuit. Des rondes de la police municipale sont aussi organisées sur les quais, du jeudi au samedi, afin de sensibiliser les jeunes aux dangers de l’alcool. Les policiers confisquent également les bouteilles.