Les réhabilitations du quartier Saint-Michel, vecteurs de changements sociologiques.
Les réhabilitations du quartier Saint-Michel, vecteurs de changements sociologiques. - s.pouzet / 20 minutes

elsa provenzano

« Nous souhaitons faire de l'agglomération bordelaise une métropole millionnaire d'ici 2030 », a réaffirmé Alain Juppé en ouverture du conseil municipal. Une ambition qui suppose 60 000 logements supplémentaires ou rénovés. En réitérant sa préoccupation en matière de logement, déjà évoquée lors de sa conférence de rentrée, « il tente de ne pas laisser toute la place à la CUB sur ce sujet », suggère Marie-Claude Noël, conseillère municipale verte.

Le logement social
Sur les 60 000 logements visés, l'équipe de la majorité municipale annonce 15 à 20000 logements locatifs sociaux d'ici 20 ans. L'opposition critique la concentration des opérations d'aménagement en proche périphérie au détriment du centre-ville. Un obstacle, selon elle, à la mixité sociale. « Avant, il existait un logement social de fait, dans le quartier Saint Michel par exemple. Or, les rénovations, qui sont bien sûr nécessaires pour les logements insalubres, font monter les prix. C'est la raison pour laquelle il faut également une volonté politique pour que ces logements demeurent accessibles aux personnes à revenus modestes », souligne Marie-Claude Noël. Jacques Respaud, conseiller municipal PS, de surenchérir avec ironie : « quels sont les quartiers dédiés au logement social? » Alain Juppé répond que « 300 logements sociaux publics seront créés au cœur de la ville de pierre ». Un chiffre jugé insuffisant par l'opposition. Concernant l'accession sociale à la propriété, Marie-Claude Noël estime qu'il faut « multiplier les ambitions par 10 ». La non-prise en compte d'un plafond de ressources profite, selon elle, à favoriser les catégories sociales moyennes plutôt que celles plus défavorisées.