Une année sans pour les blancs

BORDEAUX Les viticulteurs ont le moral dans les chaussettes...

Fabienne Cosnay

— 

Le gel printanier, la maladie du mildiou et le manque de soleil en juillet devraient entraîner une chute de 40 % à 50 % des volumes de vin blanc pour les producteurs bordelais. Les viticulteurs gardent cependant espoir pour le rouge.

Le gel printanier, la maladie du mildiou et le manque de soleil en juillet devraient entraîner une chute de 40 % à 50 % des volumes de vin blanc pour les producteurs bordelais. Les viticulteurs gardent cependant espoir pour le rouge. — C. BLUMBERG/20MINUTES

Les viticulteurs ont le moral dans les chaussettes. Alors que les premiers coups de sécateurs ne seront donnés qu'à la fin de la semaine pour les blancs et à la fin du mois pour les rouges, la récolte promet déjà d'être «moyenne», selon Bernard Farges, président du syndicat viticole des bordeaux et bordeaux supérieur, qui compte 5 500 producteurs. Du côté des blancs, les volumes devraient chuter de 40 à 50 % par rapport à 2007. Un gel printanier et un manque de soleil en juillet ont entraîné «une faible sortie des grappes».

Côté rouges, la récolte s'annonce aussi plus faible (10 à 15 % de moins que l'an passé). Cette fois encore, le mildiou a frappé les cabernets sauvignons. Malgré tout, les viticulteurs gardent espoir pour la récolte des rouges. «La fin du mois de septembre va être déterminante, estime Franck Ballester, directeur de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA). Chaque année, la difficulté est la même. Il faut réussir à atteindre la pleine maturité des raisins sans prendre le risque de tout perdre à cause de la pluie.»

«En 2007, on a eu un bol incroyable, se souvient Bernard Farges. Le mois de septembre avait sauvé le millésime. Espérons qu'il en soit de même cette année».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.