Bordeaux: Seize cas de rougeole recensés sur le campus universitaire

SANTE L’Agence régionale de santé de la Nouvelle-Aquitaine a annoncé ce vendredi que seize cas groupés de rougeole avaient été recensés sur différents sites du campus universitaire de Bordeaux. L’occasion pour l’ARS de rappeler l’importance de la vaccination contre la rougeole…

E.P.

— 

L'ARS a communiqué sur des cas groupés de rougeole détectés sur le campus bordelais.

L'ARS a communiqué sur des cas groupés de rougeole détectés sur le campus bordelais. — Capture d'écran Google maps

Seize cas de rougeole ont été déclarés sur différents sites du campus universitaire Bordelais (Bastide, Pessac, Talence et Carreire), annonce ce vendredi l'agence régionale de santé (ARS) dans un communiqué. Elle précise que la vigilance est de mise sur l’ensemble du campus, un malade atteint par la rougeole pouvant contaminer 15 à 20 personnes.

>> A lire aussi : VIDEO. Oui, la rougeole sévit encore en Europe

L’ARS invite les étudiants et le personnel universitaire à vérifier leur vaccination, la meilleure prévention possible pour cette maladie. « En cas de doute, il est fortement conseillé de consulter son médecin traitant, et ce, le plus rapidement possible pour éviter la contamination des proches durant les fêtes », précise l’ARS.

>> A lire aussi : Pourquoi un quart des Français sont toujours méfiants face aux vaccins

Consulter en cas de symptômes

« La rougeole est une infection virale hautement contagieuse et potentiellement grave. La transmission se fait essentiellement par voie aérienne soit directement auprès d’un malade, soit indirectement du fait de la persistance du virus dans l’air », rappelle l’ARS.

>> A lire aussi : Feu vert de l'Assemblée nationale pour le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires

Au début la rougeole commence comme un rhum (toux, fièvre supérieure à 38,5°C, le nez qui coule et les yeux rouges larmoyants) quelques jours plus tard des boutons rouges font leur apparition sur le visage et le corps. Dès l’apparition des symptômes, il est conseillé d’éviter les contacts avec l’entourage et de consulter son médecin traitant.

La couverture vaccinale sur la rougeole-oreillons-rubéole est insuffisante en Nouvelle-Aquitaine (80,3 % chez les enfants de 2 ans quand l’OMS recommande 95 %).