Bordeaux: «Avoir un jeune chez soi, ça oblige à se secouer les puces!»

LOGEMENT Après l’expérimentation d’un dispositif de cohabitation intergénérationnelle baptisé «Toit + Moi», entre étudiants Erasmus et retraités à Bordeaux, une plateforme va être officiellement lancée ce vendredi par la caisse d’assurance vieillesse (Cnav)…

Elsa Provenzano

— 

Brigitte Garrette a accueilli Alejandra Lopez Marin, étudiante Erasmus, dans son domicile à Bordeaux.

Brigitte Garrette a accueilli Alejandra Lopez Marin, étudiante Erasmus, dans son domicile à Bordeaux. — Carsat Aquitaine

  • Après une expérimentation réussie du dispositif « Toit+Moi » à Bordeaux, au cours de laquelle des étudiants Erasmus ont été logés chez des retraités, le dispositif est étendu à partir de janvier, à Paris et Lille dans un premier temps. 
  • Les étudiants et apprentis Erasmus peuvent être hébergés chez des retraités volontaires qui disposent de logements adaptés, en échange d'une participation aux frais (de 150 euros maximum mensuels). 
  • Une plateforme permettant la mise en relation des jeunes et de leurs aînés va être lancée officiellement ce vendredi, lors du salon « Préparer et bien vivre sa retraite » , organisée au hangar 14 à Bordeaux. 

« J’avais besoin d’un partage, je voulais rencontrer d’autres personnes et aussi faire découvrir un mode de vie à la française », raconte Brigitte Garrette, 65 ans, retraitée depuis le mois de février. Quand elle reçoit un courrier de la Carsat Aquitaine au mois de mai 2017, l’informant de la recherche de retraités pour héberger des étudiants ou apprentis Erasmus, elle n’hésite pas une seconde et se porte candidate. Elle fait partie des quelques retraités Bordelais qui ont testé le dispositif « Toit + Moi », qui va être pérennisé sous la forme d’une plateforme numérique de mise en relation, lancée ce vendredi par la caisse nationale d’assurance vieillesse à Bordeaux, à l’occasion du salon « Préparer et bien vivre sa retraite ».

>> A lire aussi : Faire cohabiter séniors et actifs, le pari du logement intergénérationnel séduit

« Je ne lui fais pas ses repas, elle s’organise toute seule »

« Une dame est venue faire une évaluation chez moi, pour voir si ma maison était conforme et connaître mes motivations », précise-t-elle. C’est l’association « Vivre Avec », subventionnée par la Carsat Aquitaine pour cette opération, qui réalise ces visites chez les hébergeurs à Bordeaux et accompagne les rencontres entre les futurs binômes. La sexagénaire vit dans une échoppe Bordelaise qui dispose d’une chambre pour un étudiant à l’étage tandis qu’elle dort au rez-de-chaussée.

« J’ai fait la connaissance d’Alejandra par Skype courant août et cela s’est bien passé, raconte Brigitte Garrette, elle est arrivée le 29 août donc j’ai eu le temps d’organiser la maison, de lui faire de la place dans la salle de bain et dans les placards pour ses courses, parce que je ne lui fais pas ses repas, elle s’organise toute seule ». Alejandra Lopez Marin, d’origine Colombienne, est étudiante en 4e année de droit à l’université de Navarre en Espagne et elle est hébergée chez Brigitte pour étudier pendant un semestre à la fac de droit de Bordeaux, en échange d’une participation aux frais (150 euros maximum par mois). La plateforme « Toit + Moi », active à partir de ce vendredi, permettra de signer un contrat en ligne.

>> A lire aussi : Logement: L’habitat intergénérationnel, ou comment troquer une présence contre un loyer moins cher

Séduite par l’expérience

Au départ, la retraitée a fait visiter la ville à la jeune fille de 23 ans : « On a été au resto à Saint-Pierre quand elle est arrivée, je voulais lui montrer Bordeaux la nuit, explique Brigitte Garrette. Le lendemain on est allées à Saint-Michel on a visité la Flèche et aussi la Grosse Cloche, dans laquelle je n’étais jamais rentrée ». Elle la présente aussi à toutes ses amies, et à ses enfants qui ont la quarantaine. Mais elle lui laisse aussi vivre sa vie. « Je suis absolument indépendante : je n’ai aucun problème pour sortir, j’ai ma propre clé et je ne dois pas suivre d’horaires », assure la jeune fille.

Complètement séduite par cette première expérience, Brigitte Garrette compte bien ne pas en rester là. Après le départ d’Alejandra le 22 décembre, elle va accueillir Juan David, qui vient de Bogota, à partir de janvier et avec qui elle a déjà échangé sur Whatsapp. Le jeune homme de 24 ans vient effectuer sa troisième année à Sciences Po. « Je suis convaincue par l’intergénérationnel, avoir un jeune chez soi, ça oblige à se secouer les puces », lance cette sexagénaire très connectée et adepte de Blablacar. Et qu’on ne lui parle pas d’Airbnb, qui rime pour elle avec trop de contraintes (petits-déjeuners, intendance). « J’ai préféré partager ma maison », s’enthousiasme-t-elle.

>> A lire aussi : Jeunes et retraités font bon ménage

« Je suis vraiment satisfaite par cette expérience, on a partagé de bons moments ensemble et c’est une solution idéale pour moi qui n’avais qu’un semestre d’étude à l’étranger, explique Alejandra Lopez Marin. Cela m’a beaucoup aidé pour le français car je crois qu’en résidence universitaire j’aurais beaucoup parlé espagnol ». Alejandra a déjà invité Brigitte à venir en visite chez elle, en Espagne, quand elle le souhaitera.

Au premier trimestre 2018, le dispositif commencera à se déployer en s’adressant aux retraités de Paris, Lille et Bordeaux. La Carsat Aquitaine précise que n’importe quel retraité peut se porter volontaire pour accueillir un étudiant ou apprenti Erasmus, peu importe de quel régime de retraite il dépend.

Salon Préparer et bien vivre sa retraite

Vendredi et samedi, de 9 h à 19 h, se tient le salon « Préparer et bien vivre sa retraite » de 9 h à 19 h au Hangar 14 de Bordeaux. Il s'adresse à toute personne souhaitant s'informer sur son départ à la retraite. Vendredi à 15 h 15 se tiendra une conférence intitulée « Cohabiter...A mon âge? », à l'occasion de laquelle les binômes de « Toit+Moi » sont invités à témoigner.