Elle avait promis qu’elle ne lâcherait rien. La maire du Taillan-Médoc, Agnès Versepuy, organise ce dimanche à 15 h (place du Général-de-Gaulle) une nouvelle mobilisation citoyenne en faveur du projet de contournement routier de sa commune, traversée chaque jour par 20.000 voitures et 1.500 poids lourds.

Une première mobilisation l’an passé avait réuni environ un millier de personnes. Cette année, elle en profite pour rajouter un autre dossier sur la table : celui de la création d’un collège dans sa ville.

>> A lire aussi : Gironde: Le Taillan-Médoc va manifester pour obtenir son collège

« Les deux sujets sont intimement liés, explique Agnès Versepuy, puisqu’actuellement nos 1.100 collégiens doivent se rendre soit à Eysines, soit à Saint-Aubin, ce qui évidemment surcharge d’autant nos axes de circulation. » Le plan collèges dévoilé en août dernier par le conseil départemental prévoit douze nouveaux collèges en Gironde. Mais pas au Taillan.

« J’invite le président du département à tester cet itinéraire en mode doux »

« Le département nous explique que nos collégiens qui vont actuellement à Saint-Aubin, intégreront le nouvel établissement du Pian-Médoc, et pourront emprunter des voies douces qui seront créées à cet effet. Mais le seul accès pour aller au Pian, c’est la RD 1, empruntée chaque jour par 1.500 poids lourds. J’invite le président du conseil départemental à tester cet itinéraire en mode doux, et à en rediscuter avec lui après ! »

Les représentants du département ont été invités à se rendre dimanche à la manifestation au Taillan, pour défendre leurs choix. « On nous a fait savoir que personne ne viendrait », regrette Agnès Versepuy, qui va continuer de défendre la construction d’un treizième collège dans sa ville.

Quand un papillon bloque le projet de grand contournement

Sur la question du grand contournement, un dossier vieux de...35 ans, la maire de la commune ne perd pas non plus espoir. « Le département est en train de finaliser son étude environnementale sur le cycle de vie du papillon qui pose problème. » Pour rappel, en 2015, le tribunal administratif de Bordeaux avait rejeté le tracé proposé, au motif qu’il détruirait plusieurs espèces protégées, 79 exactement, dont l'Azuré de la sanguisorbe, un papillon qui a élu domicile dans ce secteur.

>> A lire aussi : Bordeaux: Les travaux de la déviation du Taillan repoussés à (au moins) 2018

Une fois l’étude environnementale achevée, la Dreal aura six mois pour instruire le dossier avant qu’il ne passe entre les mains du préfet. Bref, rien ne se passera avant, au mieux, la fin du premier trimestre 2018. Après, il faudrait compter deux ans de travaux pour la réalisation des 8 km de déviation.

Une mobilisation au-delà du Taillan ?

En attendant, Agnès Versepuy avait réclamé une interdiction de traversée de sa commune aux poids lourds. Demande partiellement rejetée par le préfet, qui avait en effet accepté une interdiction des camions uniquement dans un seul sens de circulation, « après expertise du conseil départemental ». Une expertise toujours en cours.

>> A lire aussi : Bordeaux: «La moitié des poids lourds» devrait être privée d’un sens de circulation au Taillan-Médoc

La maire du Taillan espère que le rassemblement de dimanche « mobilisera au-delà des frontières de la ville, car ce sont tous les Médocains qui entrent chaque jour au Taillan qui sont concernés ».

A noter que plusieurs animations seront prévues, et que tous les bénéfices seront reversés à une association de lutte contre la maladie de Krabbe, dont une petite Taillanaise, Lisa, est atteinte.